RDC : Journalistes et FARDC s’engagent à collaborer ensemble pour lutter contre le recrutement et utilisation d’enfants comme soldats

Kinshasa, 18 octobre 2021- Du 14 au 15 octobre 2021 à Kinshasa, des journalistes civiles et militaires ont pris part à une formation sur le guide d’éthiques et de pratiques journalistiques pour les reportages sur le recrutement et l’utilisation d’enfants comme soldats.

Organisée par le Service d’éducation civique patriotique et d’actions civiles (SECAS) des Forces Armées de la République Démocratique du Congo ; avec l’appui technique et financier de l’Institut “Dallaire pour les Enfants, la Paix et la Sécurité”, et Journaliste pour les Droits Humains (JDH/International), cette formation a aussi permis aux deux parties prenantes (armées et presse) de définir les modalités de collaboration, en vue de cheminer ensemble sans tumultes.

De la cérémonie d’ouverture, plusieurs allocutions ont été prononcées par les responsables de chaque structure qui ont facilité la tenue de ces assises de deux jours.

A en croire Prince Murhula, gestionnaire principal de JDH/International, sa structure a pour mission d’outiller les journalistes à couvrir les questions liées aux Droits Humains ; c’est ainsi que cette session de formation tombe à point nommé.

De son côté, Arsène Mukendi, officier de liaison de l’Institut Dallaire, a indiqué que le travail de cette organisation canadienne est axé sur quatre (4) piliers, dont l’éducation, la recherche, le plaidoyer ainsi que la recherche.

Ce, en vue de mettre fin au recrutement et l’utilisation des enfants comme soldats. Sa satisfaction : le fait que les FARDC soient enlevées de la liste noire des forcent qui recrutent et utilisent les enfants comme soldats. C’est ainsi qu’un appel a été lancé aux journalistes de poursuivre cette sensibilisation à travers les différents canaux, afin de décourager les groupes armés, à ne plus recruter, ni même utiliser les enfants comme soldats ; leur place étant dans la société.

Le Colonel Fabien Kiaku, directeur chargé de formation au SECAS, a pour sa part, émis le vœu de voir les FARDC et la presse civile, faire route ensemble afin de mettre fin au recrutement et utilisation des enfants comme soldats. Déjà, grâce aux reformes, l’armée congolaise s’est dotée d’un Service Information et Communication FARDC (SCIFA), afin de communiquer sur les différentes activités, mais aussi les actions menées par les troupes sur le champ de bataille. Il sert d’un canal pouvant offrir à la presse toutes les informations concernant l’armée.

Les militaires doivent avoir un comportement digne devant les enfants-soldats

60% d’enfants sont utilisés dans des groupes armés. Ce, à cause de leur jeunesse. Ils sont, dans la plupart des cas, recrutés par une force armée ou un groupe armé ; qu’elle que soit la fonction qu’ils exercent (cuisiniers, espions, porteurs d’armes, esclaves sexuelles…). Tout ça, en violation des lois nationales et internationales.

Les conflits, d’après Arsène Mukendi, où les enfants sont utilisés comme soldats sont plus longs et plus graves ; un cycle qui ne finit jamais. Ceci parce que les enfants sont nés, grandissent dans les groupes armés, et à leur tour, poursuit cet officier de liaison de l’Institut Dallaire, recrutent d’autres enfants.

Ainsi donc, dans la zone de bataille, les militaires sont appelés à adopter un comportement digne devant les enfants soldats ; ne jamais tuer, puisqu’ils sont facilement récupérables. Ceci exige une attention particulière de tous. C’est ainsi que l’Institut Dallaire mène son combat pour que cesse ce fléau, dixit Arsène Mukendi.

Avec la presse, ce combat vaut son pesant d’or, puisque les professionnels sont parmi ceux-là qui peuvent facilement atteindre les groupes armés dans leurs émissions à la radio ; leurs publications sur les réseaux sociaux… D’autres obtiennent même l’organisation des interviews en présentielle avec certains chefs rebelles ; une belle occasion à les sensibiliser contre cette pratique.

Les enfants doivent assister au processus de paix

La République Démocratique du Congo a ratifié plusieurs traités internationaux et régionaux qui promeuvent les droits des enfants. Sur le plan interne, le colonel Fabien Kiaku, a indiqué qu’il y a eu des progrès dans le cadre des instruments juridiques qui protègent également les enfants ; en l’occurrence la loi n°09/001 du 10 janvier 2009, portant protection de l’enfant. Plusieurs dispositions de la Constitution, du Code Militaire, Code pénal… ont été adaptées au contexte, afin de privilégier le bien-être des enfants. Toujours dans ce cadre, le colonel Fabien Kiaku a salué la mise en place d’un Groupe de Travail Technique Conjoint (GTC) sur les enfants et conflits armés.

C’est ainsi que JDH/International qui compte déjà une centaine des journalistes formés sur les droits humains, s’est associé à ce combat pour permettre aux hommes des médias de dénoncer toute pratique de recrutement d’enfants dans les groupes armés.

Une bourse sera donc lancée, a annoncé le chargé de formation de JDH/International, afin de récompenser les meilleures productions journalistiques sur cette question de recrutement et utilisation des enfants soldats. Malentendus dissipés après des débats houleux, militaires et journalistes ont formulé quelques recommandations qui régiront leur collaboration.

Makambo B.

Les plus vus

CAN 2021: Le stade Olembé de Yaoundé fermé jusqu’à nouvel ordre

Kinshasa, 25 janvier 2022- La décision est tombée cet après-midi à l'issue d'une réunion de crise convoquée par la...

Projet BAD en RDC : Après Zongo, Libenge de nouveau éclairée

Gemena, 25 janvier 2022- La commune rurale de Libenge, à Sud-Ubangi qui vivait dans le noir après plusieurs décennies,...

RDC : Félix Tshisekedi promet l’accompagnement du gouvernement aux résolutions des états généraux de la Communication et Médias

Kinshasa, 25 janvier 2022- Le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi a rassuré aux professionnels des médias, en...

RDC : Zacharie Bababaswe invité à présenter “des excuses publiques” à Denis Mukwege

Kinshasa, 26 janvier 2022 - les mouvements citoyens dont ECCHA-RDC, Forum Citoyen, Res Publica et UCEC, invitent l'ancien député...

Mongala : Vers l’annulation du meeting de Fayulu, les manifestations publiques interdites à Lisala

Kinshasa, 25 janvier 2022- Martin Fayulu prévoit se rendre dans la province de la Mongala, où il doit tenir...