RDC : Tosi Mpanu Mpanu s’inscrit en faux contre les changements à la tête du ministère de l’environnement

Kinshasa, 07 mars 2022- En 15 ans, la RDC a changé au moins 9 ministres à la tête du ministère de l’Environnement et développement durable. Ces changements intempestifs édictés souvent par les besoins politiques impactent négativement l’efficacité du pays sur les questions climatiques et environnementales. C’est l’analyse de Tosi Mpanu Mpanu, négociateurs senior de la République démocratique du Congo.

Dans une interview exclusive accordée à ENVIRONEWS TV, ce vieux routier des négociations climatiques n’a pas manqué des mots pour démontrer que la discontinuité au niveau du ministère de l’Environnement, élevé aujourd’hui au rang de la vice-primature, reste l’une des causes de l’inefficacité du leadership de la RDC sur ces questions au niveau de la sous-région.

“Lorsqu’il y’a autant de changements au niveau politique, quelques fois ça impacte la représentativité des experts. Car, certains lorsque le ministre s’en va, il s’en va avec leurs dossiers. Il faudrait s’assurer que toute la mémoire institutionnelle soit concentrée au niveau du secrétariat général à l’Environnement, et que ça ne soit pas chaque cabinet ministériel qui passe qui vient avec ses experts”, s’est-il inquiété.

Si la RDC veut être efficace et capable de mesurer les avancées enregistrées, elle doit changer la perception de l’usage des experts à sa disposition. Pour les besoins de la cause, les différents cabinets ministériels devront trouver au niveau du secrétariat général, des profils et des compétences en termes des ressources humaines capables d’assurer la continuité.

Selon cet expert, les cabinets ministériels devraient plutôt se contenter de leurs conseillers, et non amener des experts de leurs obédiences politiques pour mener des négociations.

Les défis de mise en œuvre de la CDN

La RDC a revu à la hausse ses engagements pris dans la Contribution Déterminée au niveau National (CDN). Cette contribution est passée de 17% à 21%. Elle est évaluée à près de 42 milliards de dollars américains, dans ses aspects d’atténuations et d’adaptation.

Cependant, sur le terrain ces engagements peinent encore à se matérialiser. Depuis la soumission à la Convention cadre des Nations unies sur le Climat (CCNUC), aucun programme réaliste n’a encore été mis en place par le pays pour amorcer la réalisation de ses engagements.

“Il faut éviter de tomber dans l’exubérance des COP. C’est-à-dire, il y’a une COP, il faut qu’on y aille, et qu’on y fasse des annonces. Pour moi, le plus important c’est le travail qui est fait en amont et en aval de la COP”, a déclaré Tosi Mpanu Mpanu.

La République démocratique du Congo devrait au regard de ses ambitions travailler ardemment sur les engagements pris, les programmes et projets à mettre en place tout en impliquant les communautés à la base.

Aujourd’hui, il faut voir comment notre CDN est traduite ou opérationnalisée en actes concrets. Lorsqu’on parle du développement de 145 territoires, est-ce que la CDN est déclinée à ce niveau-là également ?, s’est-il interrogé.

Pour rendre plus efficace l’exécution de la Contribution déterminé au niveau national de la RDC, Tosi Mpanu Mpanu propose par ailleurs la mise en place d’un cadre permanent d’échanges entre toutes les parties prenantes, notamment les scientifiques, les entités territoriales décentralisées, les législateurs, le secteur privé, la société civile, ainsi que les entreprises publiques.

“Il faut qu’on soit dans une démarche participative où il y’a une appropriation à tous les niveaux de cette thématique, de telle sorte que même dans nos livres scolaires, l’on parle de la CDN”, a-t-il insisté.

La mise en œuvre de la CDN de la RDC ne doit pas rester l’apanage de la seule vice primature en charge de l’Environnement, a indiqué l’Ambassadeur Tosi Mpanu Mpanu, “cette question climatique va au-delà du ministère de l’Environnement. Parce que ça a trait au transport, aux infrastructures, à l’agriculture, au développement rural etc”.

A l’en croire, une structuration stratégique dans la mise en œuvre de la CDN de la RDC peut être un gage de la volonté du pays d’aller vers l’effectivité de ses engagements.

La Rédaction

Les plus vus

Nord-Kivu : la société civile appelle au soutien des opérations FARDC-UPDF après la libération de 57 otages à Beni

Beni, 5 décembre 2022- La société civile salue les efforts fournis dans le cadre des opérations conjointes FARDC-UPDF, qui...

OGEFREM : Le DG William Kazumba en visite de travail au siège de l’UCCA au Cameroun

Kinshasa, 5 décembre 2022- Le Directeur Général de l'Office de gestion du fret multimodal (OGEFREM) William Kazumba Mayombo, en...

Linafoot : V club rejoint Maniema Union en tête du classement

Kinshasa, 5 Décembre 2022 - le grand choc de deux grandes familles verts et noirs entre l'AS V.lub de...

Tanganyika : le budget rectificatif de l’exercice 2022 a atteint plus 240 milliards de francs congolais

Kalemie, 5 décembre 2022- Le gouvernement provincial a présenté samedi 03 décembre, à l'Assemblée provinciale le budget rectificatif de...

Nord-Kivu : Un député provincial échappe “miraculeusement” à une tentative d’assassinat

Goma, 5 décembre 2022- Le convoi du député provincial Saidi Balikwisha a été attaqué la soirée du samedi 03...