RDC-Airs protégés en danger: Des mesures draconiennes envisagées suite au mutisme de la communauté internationale

Kinshasa, 21 Juillet 2022- Le gouvernement congolais envisage de passer à la vitesse supérieure au regard du silence de la communauté internationale face à la menace des airs protégés avec notamment la guerre imposée à la RDC par ses pays voisins via des groupes armés dont le M23, ADF et consorts.

Dénonçant la politique de deux poids deux mesures, le ministre du tourisme Modero Nsimba a indiqué, au cours d’une briefing co-animé avec son collègue de la communication mercredi 20 juillet, qu’il est impensable que rien ne soit dit à la tribune des nations unies concernant le sabotage du parc national de Virunga, dans la province du Nord-Kivu déclaré patrimoine universel de l’UNESCO,  alors qu’ailleurs notamment au Mali lors de l’attaque du musée de Tombouctou, des voix s’étaient levées pour dénoncer.

“Si un des airs protégés est vraiment très convoité par des groupes négatifs, nous sommes capables aussi de soumettre au parlement congolais une proposition de retirer le parc de Virunga du patrimoine universel de l’UNESCO, parce qu’on ne peut pas comprendre aujourd’hui à la tribune de Nations-Unies qu’une guerre au sein d’un patrimoine ne soit pas décrié et que personne ne comprends, et bien il faut pousser ces gens à comprendre”, a averti le ministre Modero Nsimba.

De même, le ministre du tourisme a soutenu qu’une autre proposition ira dans le sens de militariser les parcs congolais avec des officiers supérieurs de l’armée aux commandes.

“Je voulais annoncer à nos partenaires, comme nous sommes en guerre et que cette province est déjà sous état de siège, nous envisageons de proposer au gouvernement de passer à la vitesse supérieure c’est-à-dire, même la gestion du parc pourra passer sous la gestion militaire, au moins nous aurons un conservateur du parc un général, un gestionnaire de site de Rwaguba, un Colonel”, a-t-il fait savoir.

Pour le ministre, aussi bien que le parc de Virunga serait est un danger pour la population congolaise, il le sera également pour tout expatrié qui envisagerait s’aventurer notamment par l’exploitation illégale de ressources naturelles de la RDC.

Il a aussi soutenu que si la situation ne s’améliore toujours pas l’accès aux données scientifiques pourrait également être frappé par la mesure d’interdiction.

Cédric BEYA

Les plus vus

Beni : Plus de 42.250 enfants attendus pour la vaccination contre la Rougeole en zone de santé d’Oïcha

Kinshasa, 06 février 2023 : La campagne de vaccination contre la rougeole a démarré ce lundi dans la zone...

Séisme en Turquie : Le footballeur Ghanéen Christian Atsu introuvable !

Kinshasa, 06 février 2023 - l'attaquant international ghanéen, Christian Atsu, fait partie des personnages sportifs portés disparus à la...

Attaque ciblée contre un hélicoptère de la Monusco : Kinshasa charge le M23 et l’armée rwandaise

Kinshasa, 06 février 2023 : Dans un communiqué rendu public ce lundi, le gouvernement congolais condamne l’attaque ciblée contre...

RDC – Probable dialogue pour mettre fin aux violences à l’Est : “La Belgique a l’art du compris. Nous sommes prêtes à servir de...

Kinshasa, 06 février 2023 : Après son séjour de 5 jours à Luanda en Angola et à Kinshasa, Capitale...

RDC – Processus électoral : Reçus par une responsable belge, les candidats à la présidentielle émettent des doutes quant à la probité du processus...

Kinshasa, 06 février 2023 : La ministre belge des Affaires étrangères, Hadja Lahbib, en séjour à Kinshasa, a échangé...