Nord-Kivu: La société civile déplore la brutalité des soldats onusiens “qui n’ont jamais un seul instant osé tirer sur les ADF”

La coordination de la société civile forces vives du territoire et de la ville de Beni, au Nord-Kivu, condamne avec la dernière énergie la fusillade des éléments de la MONUSCO sur la population de la cité frontalière de Kasindi.

Dans une déclaration rendue publique ce lundi 1er Août, cette coordination des forces vives qualifie cet acte de crime contre l’humanité. Aussi, elle déplore le fait que les éléments casques bleus de la MONUSCO, qui n’ont jamais tiré même sur un ADF, aient le courage de le faire sur des civils non armés.

“La société civile condamne avec la dernière énergie la brutalité par laquelle les soldats Onusiens sont entrés en RDC, en détruisant les barrières métalliques de la DGDA et DGM. Pire encore, ils ont tiré sur la population dans son propre pays, alors qu’ils n’ont jamais un seul instant osé tiré sur les ADF qui nous endeuillent ( …) Les casques bleus de la MONUSCO, ont réussi à tuer 3 civils, et blessés 13 autres parmi lesquels les enfants des moins de 12 ans. Ils ont détruit par balle le transformateur du courant électrique pour plonger la population de Kasindi, dans le noire. L’on note aussi la destruction de certaines maisons d’habitation”, lit-t-on dans la déclaration de forces vives.

Ce faisant, elle dit regreter le fait que ces morts s’ajoutent au 33 autres civils tués par la MONUSCO pendant les manifestations du 25 au 31 juillet 2022, et 104 autres civils blessés.Elle présente ses condoléances aux familles des personnes décédées et ses compassions aux blessés.

Cette structure propose ainsi l’anticipation du retrait de la MONUSCO du sol congolais, désavouée par une bonne frange de la population.

Dans l’entre-temps, elle demande que soit diligentée des enquêtes pour les auteurs de ce crime qui ont tiré délibérément sur des civils qui manifestaient à Goma, Butembo, Beni et Kasindi soient sévèrement sanctionnés.

Les forces vives demandent aussi au gouvernement congolais d’écouter le cris de détresse de la population qui exige le départ de la MONUSCO, jugée improductive pour sa protection, de résilier l’accord de siège entre la RDC et cette organisation des nations unies considérant que cette rupture ne constituera pas aucunement un crime contre l’humanité et de lever l’Etat de siège aussi improductive.

Par ailleurs, elle demande au gouvernement d’équiper les forces armées congolaises et de se réserver de faire venir les forces régionales de l’EAC au regard des leçons tirées de 22 ans de la présence de la MONUSCO en RDC.

Pour ce faire, elle appelle la population de maintenir la pression autour de la MONUSCO en se réservant des actes de violences pendant des manifestations. De demeurer vigilante surtout concernant la menace des ADF qui reste pérmenant dans la région.

Roger KAKULIRAHI

Les plus vus

Kinshasa : Félix Tshisekedi lance les travaux de construction des rocades

Kinshasa, 22 juin 2024- Le lancement de construction des rocades de la ville de Kinshasa a eu lieu, samedi...

RDC : Constant Mutamba suspend la délivrance du Folio 92 (F92) aux églises et Asbl

Kinshasa, 22 juin 2024 : Après avoir donné injonction au procureur général près la Cour de cassation d’ordonner des...

RDC : “Les agents et fonctionnaires de l’État seront désormais payés avant le 28e jour de chaque mois” (Ministre des Finances)

Kinshasa, 22 juin 2024 : Le nouveau ministre des Finances de la République démocratique du Congo, Doudou Fwamba Likunde...

Entrepreneuriat : La société Standard Group annonce l’organisation en octobre du “Congrès minier national”

Kinshasa, 22 juin 2024 - Le Congrès minier national aura lieu les 14 et 15 octobre de l’année en...

Foot – Transfert : Heritier Luvumbu signe un contrat de 2 ans avec l’AS V.Club

Kinshasa, 22 Juin 2024 - L'attaquant congolais, Héritier Luvumbu, a paraphé un contrat de 2 ans avec la formation...