Journée ville-morte à Goma: Les mouvements citoyens maintiennent la manifestation pourtant interdite

Goma, 26 septembre 2022- Malgré la décision d’interdiction du Maire de la ville de Goma sur les journées villes-mortes annoncées par la société civile forces vives du Nord-Kivu, les mouvements citoyens disent maintenir leurs activités de lundi et mardi 27 septembre.

Dans un point de presse animé par la synergie des mouvements citoyens ce dimanche, Me Jimmy Nzialy et Éric Mumbere Bwanapuwa appellent la population à une forte mobilisation pour dénoncer la passivité de l’état de siège dans la traque des terroristes du M23 dans le territoire de Rutshuru.

Pour la première journée, il sera question de démontrer ouvertement la faiblesse de la mission des Nations-Unies pour la stabilisation du Congo (MONUSCO).

“[…] Nous sommes en train de demander à toute la population de Goma, de la province du Nord-Kivu que nous sommes prêts à mourir par ce que nous sommes agressés par un pays lequel nous devons combattre parce que la situation reste toujours précaire au centre de notre pays. Et donc, nous devons appeler toute la jeunesse du Nord-Kivu à se battre pourvu que nous puissions conquérir le sol congolais. Vous savez que Bunagana reste toujours entre les mains de nos agresseurs et là je parle des terroristes du M23 qui, depuis plusieurs jours sont soutenus par le Rwanda et l’Ouganda. Nous sommes en train de demander à la Monusco de sortir de notre pays ; ça c’est un appel que nous adressons à tout le monde. Chacun de nous qui veut que la Monusco puisse sortir de notre pays. On doit se mobiliser demain pourvu que nous puissions chasser tout casque bleu sur le sol congolais. En tout, c’est une chose qu’il ne faut même pas négocier. La troisième chose , nous ne voulons plus voir Constant Ndima sur l’étendue de la province du Nord-Kivu et donc là nous parlons de l’état de siège. Nous demandons à la population de venir pour compatir avec les populations meurtries. Pour être précis, je demande donc à toute la population du Nord-Kivu pour que nous puissions chasser ensemble la Monusco, chasser l’Etat de siège et pour mobiliser nos FARDC afin de récupérer Bunagana”, a indiqué Eric Mumbere Bwanapuwa membre du mouvement MNC.

Par ailleurs, la synergie des mouvements citoyens demande au Secrétaire Général de l’organisation des Nations-Unies (ONU) , Antonio Guiterress de dire ouvertement au conseil de sécurité de l’organisation sur la nécessité de retirer les casques bleus de la Monusco passifs dans la pacification du Nord-Kivu et généralement de la partie Est du pays.

Signalons que dans son communiqué officiel du samedi 24 septembre, le Maire de la ville touristique de Goma a appelé les éléments de la police nationale congolaise (PNC) à contrecarrer les manifestations.

Le commissaire Supérieur principal Kabeya Makosa François rappelle que toutes les manifestations sur les voies publiques sont strictement interdites selon le préscrit de l’ordonnance présidentielle portant sur l’état BDE siège.

Magloire TSONGO

Les plus vus

RDC : Une enquête révèle la décrue du lac Tanganyika

Kalemie, 23 Avril 2024- Après l'enregistrement d'énormes dégâts causés par des inondations liées à la montée des eaux du...

RDC-securité : Le gouvernement renforce la mobilité des unités de la PNC

Kalemie, 23 avril 2024- Le gouvernement congolais a renforcé, lundi 23 avril, la mobilité des différentes unités de la...

RDC-Erreurs matérielles : 19 députés nationaux réhabilités par la Cour constitutionnelle

Kinshasa, 22 avril 2024- 19 députés nationaux invalidés par la cour constitutionnelle ont été réhabilités, par la Cour constitutionnelle,...

RDC: La SOCODA plaide pour la protection des artistes musiciens et de leurs œuvres auprès de la Première ministre

Bunia, 22 avril 2024- Le président de la Société Congolaise de Droits d'auteurs et des Droits voisins ( SOCODA...

Linafoot – play-offs : Maniema Union prend la tête du classement

Kinshasa, 22 Avril 2024 - L'AS Maniema devient le nouveau leader au classement provisoire du championnat national. C'est grâce...