État de siège au Nord-Kivu : les opérateurs économiques en grève pour décrier la multiplicité des taxes au grand-Nord

Beni, 12 octobre 2022- Les activités socioéconomiques ont tourné au ralenti l’avant midi du mardi 11 octobre, au centre ville de Beni, au Nord-Kivu. Une situation similaire a été aussi vécue dans la ville de Butembo, mais également dans plusieurs entités du territoire de Beni et Lubero, dans le Grand-Nord.

D’après une correspondance adressée au chef de l’état Felix Tshisekedi Tshilombo, dont une copie est parvenue à Dépêche.cd, signé par la synergie de 15 corporations d’operateurs économiques, ce mouvement de grève est une occasion pour les opérateurs économiques de dénoncer le silence du président de la république face à la situation “socio économique” précaire dans la région depuis plus de 7 ans.

Cette situation des massacres impacte négativement, selon cette correspondance, sur leurs activités de commerce. Par cette même action, les opérateurs économiques déplorent la multiplicité des taxes et impots, mais également le recouvrement forcé des taxes par les autorités de l’état de siège en dépit de l’insécurité depuis plus de 7 ans.

“Les opérateurs économiques de Beni-Butembo-Lubero, exprimons notre déception suite à votre silence à nos différentes correspondances vous adressées rappelant la situation socio-économique et sécuritaire devenue précaire. En effet, voici, sept ans que nous sommes asphyxiés par les massacres qui gagrainent au quotidien l’économie dans la ville et territoire de Beni. Nos marchandises sont pillées et brûlées y compris nos chauffeurs. Nos clients, sont tués et massacrés d’autres en cours de route voulant se rendre dans des grandes agglomérations pour se ravitailler(…. ). Nos maisons et celles de nos clients sont aussi brulées. Par conséquent, nos anciens clients sont devenus nos actuels déplacés, une circonstance quasiment difficile sur le plan économique, commercial et financier, voire les capitaux sont voués à la consommation. Une situation qui ne constitue non seulement une difficulté dans l scamp des opérateurs économiques, mais aussi un manque à gagner pour le trésor public”, lit-t-on dans leur correspondance adressée au chef de l’État congolais.

Pendent cette période de grève, seuls les boutiques pharmaceutiques pourraient être autorisées de fonctionner à partir de 15 heures chaque jour. Pour cette première journée de grève, en ville de Beni, la majorité de boutiques, de galeries, de magasins et autres maisons commerciales sont restées fermées.

Un gréviste rencontré devant sa boutique de ventes des pièces de rechange des engins roulants, s’est dit consterné par la multiplicité des taxes et impôts, pendant cette période d’insécurité dans la zone. Il a profité de l’occasion pour demander aux autorités compétentes de prendre en compte leurs révendications avant que les activités reprennent.

Roger KAKULIRAHI

Les plus vus

RDC-Justice: “Chérubin Okende s’est suicidé” ( Procureur général près la Cour de cassation)

Kinshasa, 29 février 2024- Dans sa communication l’après-midi de ce jeudi 29 février, le procureur général près la Cour...

Guerre dans l’Est de la RDC: Des diplomates de l’Afrique centrale soutiennent le processus du retour de la paix

Bukavu, 29 février 2024- Le Président Félix Tshisekedi a échangé avec les ambassadeurs d’Afrique centrale accrédités auprès de l’Organisation...

Guerre à l’Est : Des alertes se multiplient sur le positionnement du M23 au Sud-Kivu

Bukavu, 29 février 2024- Des alertes s'intensifient sur la présence des éléments du M23 lourdement armés dans le territoire...

Ituri: Une embuscade des ADF fait 2 morts à Irumu 

Bunia, 29 février 2024- Les terroristes Adf actifs dans la partie Sud de Bunia chef-lieu de la province de...

Nord-Kivu : Vers la validation des mandats de 30 élus provinciaux

Goma, 28 février 2024- Les députés provinciaux du Nord-Kivu de la troisième législature ont répondu présent à la séance...