Affaires étrangères : L’ambassadrice de la RDC en France prise la main dans le sac !

Kinshasa, 29 décembre 2022- Le Vice-premier ministre, ministre des Affaires étrangères Christophe Lutundula vient de convoquer à Kinshasa, avant le 15 janvier 2023, Isabelle Tshombe, ambassadrice et cheffe de mission Diplomatique de la République Démocratique du Congo à Paris (France).

D’après la note lui transmise dont une copie est parvenue à Dépêche.cd, Christophe Lutundula souligne que son interpellation fait suite à un rapport établi au terme de la mission de contrôle effectuée par une équipe de la Commission mixte permanente (Ministère des Affaires étrangères, du Budget et des Finances), dépêchée sur place, que la diplomate congolaise est convoquée par sa hiérarchie.

D’après ce rapport, il y aurait existence, après recoupements et vérifications des écritures comptables par les contrôleurs, d’un déficit de trésorerie d’un montant de 1.759.193, 17 euros, pour la période de janvier à novembre 2022.

Somme qui provient du non reversement, soit à la société Locosem, soit au compte du Trésor Public, d’une part, de la part revenant à chacun du produit de vente des passeports aux requérants congolais, et d’autre part, des recettes des frais des visas et autres actes de chancellerie.

Ce montant, dixit Christophe Lutundula, avait été utilisé, aux dires de l’attaché financier de l’Ambassade, par Mme Tshombe seule et sans justifications comptables mais aussi le non versement au profit du Trésor Public des recettes dûment comptabilisées d’un montant de 2.570.879, 59 euros (480.436, euros pour 2020, 1.196.494, euros pour 2021 et 893.949,59 euros pour 2022), ajoute notre source.

“Au regard de tous ces manquements aux dispositions de la loi sur les finances publiques et de ces paiements non autorisés, il ressort que, le Chef de cette Mission Diplomatique a transformé la caisse de l’Ambassade en une caisse privée, gérée sans respect des principes élémentaires d’orthodoxie financière et au mépris tant des dispositions légales susmentionnées que des autorisations de la hiérarchie”, écrit Lutundula.

Et d’ajouter : “En conséquence, vu la gravité des faits relevés dans ce rapport, je demande au Secrétaire Général aux Affaires Etrangères, qui me lit en copie, de confirmer votre rappel à Kinshasa avant le 15 janvier 2023, non seulement pour consultation, mais aussi et surtout pour être entendue sur ces malversations devant une commission de discipline. Il devra, à cet effet, ouvrir dès votre arrivée à Kinshasa une action disciplinaire contre vous”.

Plusieurs autres abus ont été relevé par cette mission de contrôle.

Il y a entre autre, selon le VPM, “l’octroi au personnel diplomatique des primes allant de 2.800 à 4.000, euros par mois, sans autorisation ni information de la Centrale ; l’octroi des frais de scolarité mensuels d’un montant global de 5.400, €/mois au personnel diplomatique, variant de 400 € à 1000 €, toujours sans autorisation ni information de la Centrale; l’octroi des aides financières, d’un montant de 14.000, € par mois, pour les diplomates allant de 1000, € au Premier Secrétaire, à 2000, € au Ministre Conseiller ou Chargé d’affaires a.i, et d’une somme de 10.000, € pour les engagés locaux, à raison de 500, € par personne pour 20 engagés locaux; la fixation, sans se référer à la circulaire du Ministère du Budget ni informer la Centrale, des frais des missions, d’une durée permanente et uniforme de 10 jours pour les diplomates, à un montant forfaitaire, pour la durée de cette période, de 2.500, € pour le premier secrétaire jusqu’à 3.950, € pour le Ministre Conseiller”.

Ainsi, le Chef de la diplomatie congolaise a indiqué qu’ : “aucune précision n’a été donnée si ces missions se déroulaient au sein de la juridiction ou en dehors de celle-ci ; le versement aux diplomates des indemnités de logement en lieu et place, du paiement des loyers aux bailleurs, d’un montant mensuel de 25.000, €, soit 300.000, € par an, aux huit diplomates, à raison de 2.000, € pour le 1 Secrétaire, 2.500, € aux 5 agents de grade de Deuxième Conseiller, 3000, € au premier conseiller, 3.500 € au Ministre Conseiller et 4.000, € à l’ancien Chargé d’affaires ai, portant le grade de Ministre Conseiller et qui, quoique n’étant plus Chargé d’affaires après la nomination d’un ambassadeur, a continué à se faire prévaloir de ce titre et à bénéficier de ces avantages, du reste indus”.

Makambo Bernetel

Les plus vus

Assemblée nationale : “Un député national touche, tout avantage confondu, 14 millions de FC” (Vital Kamerhe)

Kinshasa, 15 juin 2024- La plénière de clôture de la session ordinaire de mars à l'Assemblée nationale a effectivement...

Foot: V. Club soulève le trophée de la 58e coupe du Congo 

Kinshasa, 15 Juin 2024 - La 58è édition de la coupe du Congo appartient à l'A V.Club. Les Dauphins...

RDC : Felix Tshisekedi annonce un suivi et une évaluation de chaque membre du gouvernement à intervalle de trois mois

Kinshasa, 15 juin 2024 - En vue de s’assurer de l’efficacité des membres du gouvernement Suminwa, il est prévu...

RDC-Sécurité : Les officiers l’inspection générale de la police formés sur les techniques d’enquête judiciaire

Kinshasa, 15 juin 2024 - L'inspection Générale de la Police nationale congolaise (IGPNC) a remis des brevets, vendredi 14...

RDC : Qui est Léonnie Kandolo, la nouvelle ministre du Genre, famille et enfant ?

Kinshasa, 14 juin 2024 - Le ministère du Genre, famille et enfant connaît désormais une nouvelle locataire. Il s’agit...