Nord-Kivu : “Le M23 a massacré plus de 200 civils à Kishishe en novembre 2022” (Rétro)

Goma, 09 janvier 2023- Les rebelles du M23 soutenus par le Rwanda ont tué en novembre 2022, plus de 200 civils à Kishishe et Bambo, en chefferie des Bwito, dans le territoire de Rutshuru, au Nord-Kivu, à l’Est de la République Démocratique du Congo.

Le Gouvernement congolais avait avancé un bilan de 272 civils tués par armes blanches et à feu dans la localité de Kishishe. Lors d’un briefing à Kinshasa, le Ministre de l’Industrie et ancien Gouverneur du Nord-Kivu avait affirmé que ce chiffre est consécutif aux données récoltées sur terrain par le gouvernement congolais. Julien Paluku a chargé ouvertement Kigali d’avoir opéré aux côtés des rebelles du M23.

“Le discours de Kigali, c’est-à-dire le discours de Kagame, ce sont des FDLR qu’on est en train de tuer ; ce sont des groupes armés alors qu’à Kishishe, les gens qui ont été tuées étaient dans une église adventiste la plupart. Je ne sais si ceux qui sont dans une église constituent des groupes armés donc cette stratégie là d’élimination sélective d’une communauté n’est pas loin effectivement de ce qui s’était passé au Rwanda lorsqu’une partie de la communauté avait été tuée. C’est pourquoi nous n’avons pas peur de dire qu’au stade actuel, c’est une planification du génocide sur le sol congolais”, avait alerté Julien Paluku.

L’ONU soutient la RDC

Une enquête préliminaire de la Mission des Nations-Unies pour la stabilisation de la RDC (Monusco) avait permis de confirmer que les rebelles du M23 ont tué au moins 131 civils à Kishishe et Bambo en territoire de Rutshuru, le 29 et le 30 novembre 2022.

La Monusco qui avait condamné cette violence innommable contre les civils, avait appelé à un accès rapide sans conditions aux lieux des faits et aux victimes pour une assistance humanitaire d’urgence. Elle a salué la décision de Kinshasa d’ouvrir une procédure judiciaire à l’égard des auteurs de ce énième massacre des civils à l’Est de la RDC.

Ces violences ont, selon la Monusco, été commises dans le cadre d’une campagne de meurtre, viols, enlèvements, de pillage du territoire de Rutshuru en représailles des affrontements entre les rebelles du M23 et la coalition Maï-Maï et FDLR.

Un dossier judiciaire est déjà déposé à la CPI

Le Gouvernement congolais a multiplié des échanges et des missions dans la province du Nord-Kivu. Il y a, d’ailleurs un livre blanc retraçant ces événements malheureux. Un livre qui charge les rebelles du M23 pour cet acte génocidaire. Le Ministère de la Justice de la RDC a déjà déposé un dossier judiciaire à la Cour pénale Internationale (CPI) pour qu’il y ait instruction du dossier sur les massacres de Kishishe et Bambo.

Magloire TSONGO

Les plus vus

RDC-Education nationale : Voici les modalités de fixation des frais scolaires pour l’année 2024-2025

Kalemie le 25 juillet 2024- Le ministère à charge de l'éducation nationale et nouvelle citoyenneté a rendu public à...

Under and Over 7 – le joyau de la section 1xGames

Qu'est-ce qui distingue un bon jeu de nos jours ? La simplicité des règles ? Les références à d'autres...

Procès Nangaa : 25 prévenus dont 5 à la barre et les autres en fuite (Liste)

Kinshasa, 24 juillet 2024- Mise en place terminée à la prison militaire de Ndolo où s'ouvre ce mercredi 24...

Sud-Kivu : 3 bandits présumés auteurs du meurtre d’un jeune garçon sur l’avenue ISGA aux arrêts 

Bukavu le 24 juillet 2024- Le ministre de l'intérieur et securité du Sud-kivu, Albert Kahasha Murhula a appréhendé trois...

Procès Nangaa et ses complices : “Il s’agit d’une procédure par défaut pour certains et contradiction pour d’autres (Ministre de la justice)

Kinshasa, 24 juillet 2024- La Cour militaire de Kinshasa/Gombe ouvre ce mercredi 24 juillet, le procès qui oppose l'auditeur...