Destruction du Parc de Virunga par le M23: “Gorrila Ambassadors” craint le braconnage avec l’option du cantonnement des rebelles au Mont Sabinyo (Entretien Exclusif)

Goma, 11 janvier 2023- Depuis la résurgence des rebelles du M23 appuyés par la RDF dans le territoire de Rutshuru, au Nord-Kivu, le parc national de Virunga (PNVi) connait une destruction. Les gorriles de montagne tout comme d’autres espèces sont menacés par le braconnage. La faune et la flore ne sont plus sécurisées par les gardes du parc. Les organisations oeuvrant dans le domaine de l’environnement ne sensibilisent plus les communautés riveraines sur la valeur du parc national des Virunga. La rédaction de Dépêche.cd s’est entretenue avec Alain Mukiranya, Directeur adjoint de Gorrila Ambassadors, un programme visant la protection des gorilles dans le secteur Sud du parc national de Virunga, au Nord-Kivu.

Rédaction :Depuis la prise des certaines localités du territoire de Rutshuru par le M23, quelle est la position de Gorilla Ambassadors ?

Le programme Gorilla Ambassadors condamne avec la dernière énergie la guerre d’occupation du M23 avec leurs parrains dans le territoire de Rutshuru qui crée l’insécurité dans la région, détruise le PNVi, le déplacement des populations, les morts et blessures, les séparations des enfants de leurs familles, la déscolarisation des enfants et d’autres dommages collatéraux.

Rédaction:Avez-vous arrêté toutes les activités du programme ?

Présentement, les rebelles occupent tout le secteur des gorilles obligeant ainsi les populations, les rangers et autres services d’abandonner tous les villages, projets, positions et postes de patrouilles des rangers dans le secteur des Gorilles. Depuis le 15 Octobre 2022, le programme Gorilla Ambassadors a du arrêté ses activités sur terrain autour du Parc suite aux affrontements entre l’armée gouvernementale (FARDC) et les rebelles du M23 ayant occasionné le déplacement de la population des villages riverains du parc pour des camps de fortunes près de la ville de Goma.

Rédaction: N’est-ce pas une menace pour le patrimoine du PNVi ?

Au fil de son histoire mouvementée, le parc national des Virunga fait face à plusieurs conflits armés et il a longtemps été une zone de repli des milices armées. L’insécurité qui sévit dans la partie Est de la RDC reste le plus grand défi pour la gestion du Parc National des Virunga qui en subit de plein corps.
Les gorilles de montagne, une espèce phare et emblématique de Virunga est en danger d’extinction et constamment menacés par le braconnage, la déforestation et actuellement plus par la guerre dans leur habitat naturel où règnent ces primates dans les forêts denses sur les versants verdoyants des volcans des Virunga. Depuis la reprise des combats entre les rebelles du Mouvement du 23 mars (M23) et les Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC), cela fait plus de six mois que les rangers et autres services n’ont plus accès au secteur des Gorilles Mikeno où se trouve le plus grand nombre de gorilles de montagne estimé à plus d’un tiers de la population mondiale.
La résurgence du M23 affecte très négativement au PNVi le suivi du secteur Sud et surtout des gorilles et pourtant classe ‘’En danger d’extinction sur la liste rouge de l’IUCN ‘’. Au mois d’août, nous avons perdu un gorille à dos argenté dont les circonstances ne sont pas connues faute d’accessibilité de la zone à cause de l’occupation rebelle. Seuls les témoignages des populations locales avaient reporté cela. Le M23 serait responsable ou impliqué d’une manière ou d’une autre dans l’abattage de ce Gorille car la zone est sous leur occupation.
Cela met en danger cette espèce de mammifère représentant et pourtant l’espoir de la relance du secteur touristique, secteur économique important du pays et de la région fermée depuis plus d’une année.

Rédaction: M. Alain, quelle peut être l’alternative pour sauver la vie des animaux ? Surtout en début d’année 2023 ?

Nous pensons qu’il est très important d’investir davantage dans la formation et la sensibilisation des communautés locales et surtout des jeunes pour qu’ils s’approprient et s’engagent dans la conservation de cette année. Comme alternative nous demandons au Président de la République d’user de sa diplomatie pour exiger le retrait du M23 dans le Parc National de Virunga et surtout de ne pas accepter leur cantonnement sur le Mont Sabinyo.
Ce cantonnement rebelles près des gorilles, les exposera au braconnage pour la subsistance des rebelles. Ainsi nous demandons que le cantonnement se fasse dans le camp initial du M23 en Ouganda.

Rédaction: À l’interne, qu’est-ce que vous envisagez pour cette nouvelle année ?

Nous sommes optimistes que les initiatives menées par les autorités du pays vont aboutir rapidement au retour de la paix et toutes les activités sur terrain pourront reprendre.
Cela fait, cette année, nous comptons documenter la survie du Gorille au Virunga durant toutes ces années de guerre à l’Est de la RD Congo. Avec l’ICCROM, nous allons travailler sur le lien entre le patrimoine naturel du parc et culturel des communautés riveraines dans le projet de storytelling : Virunga, d’hier a aujourd’hui pour le futur. Nous allons également continuer nos activités de formation sur terrain avec les jeunes ambassadeurs de Gorille dans écoles, les sensibilisations au sein des communautés locales

Rédaction: Un message aux communautés congolaise et internationale face à l’agression rwandaise et à la menace de la biodiversité ?

Le PNVi, site du patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1979 doit être dans un commun effort préservé, protéger, sauvegarder et transmis aux générations futures car il possède une valeur universelle exceptionnelle et est considéré en ce sens comme appartenant à l’humanité toute entière.
Ainsi, la juridiction internationale dont la Cours Pénale International (CPI) est utile pour poursuivre et incriminer les destructions intentionnelles par le M23 de ce site du patrimoine de l’humanité qui doivent être qualifiées de crime de guerre dont les acteurs sont vivant et connus de tous. Nous demandons qu’une évaluation soit faite de l’application du décret portant création du Corps chargé de la Protection des Parcs Nationaux et réserves naturelles apparentées (CorPPN). Car celui-ci ayant pour mission de protéger l’intégrité des aires protégées dont les écosystèmes du Parc National des Virunga, les personnels de l’ICCN et les communautés riveraines. Ainsi, nous demandons à l’assemble nationale d’évaluer ce décret, après plus de cinq ans depuis sa promulgation. Aux ministères de la Défense nationale, de l’environnement, du Tourisme et l’ICCN, chacun en ce qui le concerne, de faire également une autoévaluation par rapport au rôle qu’il a à jouer dans la mise en œuvre dudit décret. A la communauté internationale dont la MONUSCO est le représentant en RDC, d’appuyer le Corps pour la Protection des Parcs et Réserves Naturelles (CorPPN) afin de combattre le braconnage qui nuit à ce site du patrimoine mondial de l’humanité. Le Parc National de Virunga étant inscrit au patrimoine mondiale de l’humanité de l’UNESCO et comme site RAMSAR, il y a urgence d’établir des enquêtes internationales et indépendantes pour sanctionner les acteurs de la destruction de ce patrimoine de l’humanité car cela est un crime contre l’humanité.

Entretien réalisé par Magloire Tsongo

Les plus vus

RDC-Gouvernement Suminwa : Félix Tshisekedi compte avoir des personnes expérimentées avec une forte probité (Sama Lukonde)

Kinshasa, 14 avril 2024- Dans le cadre des discussions pour la formation de son Gouvernement, la Cheffe de l'Exécutif...

Urgent : Ancien joueur de Mazembe, Rainford Kalaba n’est plus !

Kinshasa, 13 Avril 2024 - C'est une nouvelle terrifiante qui vient de frapper le monde sportif ce samedi. L'ancien...

RDC: GLM Talk est de retour avec un nouvel épisode qui promet d’être tout aussi enrichissant et captivant (Communiqué)

Kinshasa,12 avril 2024-Après le grand succès des deux premiers épisodes, GLM Talk est de retour avec un nouvel épisode...

Beni : Près de 10 morts dans une série d’attaques dans les quartiers périphériques de la commune de Mulekera

Beni, 13 Avril 2024- Près de 10 civils ont été tués par des combattants d'Allied Democratic Forces (ADF) dans...

Cour constitutionnelle-Rectification d’erreurs matérielles : Les députés repêchés en ballotage

Kinshasa, 13 avril 2024- Après une longue attente pour la validation de leur mandat, certains députés nationaux repêchés par...