Affaire Mwangachuchu : Le PMVS plaide pour l’assignation à résidence surveillée suite à la détérioration de son état de santé

Kinshasa, 10 avril 2023- Au cours d’un point de presse animé ce lundi 10 avril à Kinshasa, le Programme Multisectoriel de Vulgarisation et Sensibilisation (PMVS) plaide auprès de la justice pour l’assignation à résidence surveillée du député national Édouard Mwangachuchu afin qu’il bénéficie des soins de santé au regard de la détérioration de son état de santé.

Le coordonnateur de cette structure de la société civile, Ludovic Kalengayi, soutient que sa démarche ne consiste pas à faire obstruction à la justice, mais à contribuer à l’éclatement de la vérité.

“On n’interdit pas à la justice de faire son travail, mais elle doit refléter le désir du Chef de l’État qui prône l’Etat de droit, c’est son champ de bataille et le nôtre aussi. Tous les éléments à notre possession démontrent que l’honorable est malade, il doit se faire soigner, mettez-le en résidence surveillée en attendant les enquêtes, c’est ça l’État de droit. Refusant une violation imprudente de la vie privée en matière de santé, nous ne pouvons pas tout dévoiler, il est très malade”, a-t-il déclaré.

Il dénonce une torture morale dont fait l’objet le député Mwangachuchu qui le plonge dans un traumatisme.

“L’honorable Mwangachuchu se trouve dans une situation très grave. En faveur de l’intégrité physique et morale de l’honorable, gravement menacé par les conditions de détention, il serait mieux qu’il quitte d’abord cette prison là et rentre chez lui. Il a été arrêté dans la flagrance. Pourtant, ce n’était qu’une clameur publique provenant des réseaux sociaux où une milice, Maï Maï Nyatura, a montré les armes via une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux”, a-t-il affirmé.

Concernant des armes qui auraient été trouvées dans son coffre-fort, le coordonnateur du PMVS rejette cette rumeur qui se raconte sur les réseaux sociaux.

“Aucune arme de guerre n’a été retrouvée dans sa résidence à Kinshasa, aucune preuve contre lui jusque-là, nous le savons tous. On a parlé du coffre-fort, on n’a rien retrouvé à part des documents privés et une somme d’argent”, a-t-il dit.

Pour lui, le député Mwangachuchu est victime de son faciès et il en paie le prix. Il fustige une injustice sociale et une discrimination contre l’élu de Masisi.

« Je pense que nous devons mettre les choses au clair et aider la justice à le rétablir dans ses droits. Il bénéficie de la présomption d’innocence jusqu’à preuve du contraire”, a-t-il fait savoir.

Une nouvelle audience est prévue ce mardi 11 avril, à la prison militaire de Ndolo dans le cadre de ce procès opposant le député national Mwangachuchu au ministère public. Il est poursuivi notamment pour trahison, atteinte à la sûreté de l’État et participation à un mouvement insurrectionnel.

Cédric BEYA

Les plus vus

Assemblée nationale : “Un député national touche, tout avantage confondu, 14 millions de FC” (Vital Kamerhe)

Kinshasa, 15 juin 2024- La plénière de clôture de la session ordinaire de mars à l'Assemblée nationale a effectivement...

Foot: V. Club soulève le trophée de la 58e coupe du Congo 

Kinshasa, 15 Juin 2024 - La 58è édition de la coupe du Congo appartient à l'A V.Club. Les Dauphins...

RDC : Felix Tshisekedi annonce un suivi et une évaluation de chaque membre du gouvernement à intervalle de trois mois

Kinshasa, 15 juin 2024 - En vue de s’assurer de l’efficacité des membres du gouvernement Suminwa, il est prévu...

RDC-Sécurité : Les officiers l’inspection générale de la police formés sur les techniques d’enquête judiciaire

Kinshasa, 15 juin 2024 - L'inspection Générale de la Police nationale congolaise (IGPNC) a remis des brevets, vendredi 14...

RDC : Qui est Léonnie Kandolo, la nouvelle ministre du Genre, famille et enfant ?

Kinshasa, 14 juin 2024 - Le ministère du Genre, famille et enfant connaît désormais une nouvelle locataire. Il s’agit...