RDC : Pour harmoniser les aspects techniques liés aux élections, Katumbi, Sesanga et Matata appellent au dialogue

Kinshasa, 05 juillet 2023- Moïse Katumbi, Augustin Matata et Delly Sesanga, tous, leaders de l’opposition politique congolaise, lancent un appel au dialogue entre parties prenantes pour harmoniser des aspects techniques liés au processus électoral en cours en RDC.

Dans un mémorandum rendu public ce mercredi, le groupe de 4 leaders de l’opposition, excepté Martin Fayulu, estiment nécessaire d’établir un vrai cadre de concertation entre parties prenantes pour un monitoring régulier du processus électoral. Ce, en faisant la lumière sur les matériels sensibles trouvés entre les mains des personnes non autorisées.

Ils veulent également savoir le nombre total des machines livrées par Miru Systems et leur déploiement dans les centres d’inscription, avec en appui la cartographie de toutes les aires opérationnelles.

“Pour des élections crédibles, il faut faire la lumière sur les informations ayant trait à une répartition préalable des quotas entre les autorités de l’Union Sacrée, les responsables de la CENI et d’autres personnalités du pouvoir garantissant des sièges d’élus aux prochaines élections et revisiter la loi électorale dans ses dispositions controversées, notamment sur le mode de scrutin, la publication des résultats de vote partiels par bureau de vote et lever les équivoques de manière à rassurer tous les candidats”, écrivent-ils dans leur mémorandum.

Par ailleurs, Moïse Katumbi, Augustin Matata et Delly Sesanga insistent sur la fin de l’instrumentalisation des institutions politiques, judiciaires et fiscales contre les candidats de l’opposition à la présidentielle dont Augustin Matata et Moise Katumbi.

Ils s’insurgent également contre des arrestations et détentions arbitraires des collaborateurs des candidats présidents de République issus de l’opposition. Il s’agit entre autre de Lens Olelonga d’Envol, Salomon Kalonda Della, Mike Mukebayi, Daniel Safu d’Ensemble pour la République et Franck Diongo, président du MLP.

Les trois leaders appellent le régime Tshisekedi à mettre fin aux intimidations et arrestations des journalistes d’un camp politique. Aussi, en finir avec les restrictions de liberté de mouvements des candidats président de la République.

“Nous voulons s’assurer, avec l’appui de la MONUSCO et l’accompagnement des autres partenaires, que les élections se dérouleront sur toute l’étendue de la République”, ajoutent-ils dans leur mémorandum.

La Rédaction

Les plus vus

Foot – Europa league : Cédric Bakambu ouvre son compte but avec Réal Betis

Kinshasa, 23 février 2024- Un bon début pour l’international congolais, Cédric Bakambu avec son nouveau club Réal Betis. Il...

Ituri : Un professionnel de média abattu par un élément incontrôlé des FARDC

Bunia, 23 février 2023- Un militaire des forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) a tiré à...

CAN 2029 en RDC: L’ambition de Félix Tshisekedi

Kinshasa, 23 Février 2024 - Le président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi a, au cours d'un briefing presse, jeudi...

Foot : Félix Tshisekedi rassure du come-back de Luvumbu à l’As V. club

Kinshasa, 23 février 2024- Après résiliation du contrat avec son club au Rwanda pour avoir célébré son but en...

Arrestation du journaliste Bujakera : “Notre justice est malade, je crois qu’il est un peu victime de ça” (Félix Tshisekedi)

Kinshasa, 22 février 2024- Lors du briefing presse, jeudi 22 février, le chef de l’Etat Félix Tshisekedi a réagi...