RDC : Pour harmoniser les aspects techniques liés aux élections, Katumbi, Sesanga et Matata appellent au dialogue

Kinshasa, 05 juillet 2023- Moïse Katumbi, Augustin Matata et Delly Sesanga, tous, leaders de l’opposition politique congolaise, lancent un appel au dialogue entre parties prenantes pour harmoniser des aspects techniques liés au processus électoral en cours en RDC.

Dans un mémorandum rendu public ce mercredi, le groupe de 4 leaders de l’opposition, excepté Martin Fayulu, estiment nécessaire d’établir un vrai cadre de concertation entre parties prenantes pour un monitoring régulier du processus électoral. Ce, en faisant la lumière sur les matériels sensibles trouvés entre les mains des personnes non autorisées.

Ils veulent également savoir le nombre total des machines livrées par Miru Systems et leur déploiement dans les centres d’inscription, avec en appui la cartographie de toutes les aires opérationnelles.

“Pour des élections crédibles, il faut faire la lumière sur les informations ayant trait à une répartition préalable des quotas entre les autorités de l’Union Sacrée, les responsables de la CENI et d’autres personnalités du pouvoir garantissant des sièges d’élus aux prochaines élections et revisiter la loi électorale dans ses dispositions controversées, notamment sur le mode de scrutin, la publication des résultats de vote partiels par bureau de vote et lever les équivoques de manière à rassurer tous les candidats”, écrivent-ils dans leur mémorandum.

Par ailleurs, Moïse Katumbi, Augustin Matata et Delly Sesanga insistent sur la fin de l’instrumentalisation des institutions politiques, judiciaires et fiscales contre les candidats de l’opposition à la présidentielle dont Augustin Matata et Moise Katumbi.

Ils s’insurgent également contre des arrestations et détentions arbitraires des collaborateurs des candidats présidents de République issus de l’opposition. Il s’agit entre autre de Lens Olelonga d’Envol, Salomon Kalonda Della, Mike Mukebayi, Daniel Safu d’Ensemble pour la République et Franck Diongo, président du MLP.

Les trois leaders appellent le régime Tshisekedi à mettre fin aux intimidations et arrestations des journalistes d’un camp politique. Aussi, en finir avec les restrictions de liberté de mouvements des candidats président de la République.

“Nous voulons s’assurer, avec l’appui de la MONUSCO et l’accompagnement des autres partenaires, que les élections se dérouleront sur toute l’étendue de la République”, ajoutent-ils dans leur mémorandum.

La Rédaction

Les plus vus

Haut-Katanga : Vital Kamerhe et Jean-Lucien Bussa échappent à la mort après un accident de circulation

Kinshasa, 2 octobre 2023- Le Vice-premier ministre de l'économie nationale Vital Kamerhe et son collègue du commerce extérieur Jean...

Échauffourées entre ISPT-Kin et ITI Gombe : Le DG Albert Kabasele dresse un bilan de plus de 30 étudiants blessés

Kinshasa, 02 octobre 2023 : Plus de 30 personnes dont les étudiants et policiers ont été gravement blessées lors...

RDC – Présidentielle 2023 : “Je quitte mon confort pour sauver le Congo qui est entrain de disparaitre de la carte d’Afrique” (Denis Mukwege)

Goma, 02 octobre 2023 : Après Augustin Matata Ponyo, Adolphe Muzito, le docteur Denis Mukwege annonce le dépôt de...

RDC – Presidentielle 2023 : Déclaré Candidat, Denis Mukwege dépose son dossier ce 3 octobre

Kinshasa, 2 octobre 2023 : Le docteur, prix Nobel de la paix 2018, Denis Mukwege s'est déclaré officiellement candidat...

RDC – Arrestation de Stanis Bujakera : ODEP, ASADHO et Justicia Asbl inquiètes de la violation de la loi sur la liberté de la...

Kinshasa, 02 Octobre 2023 : L'Observatoire de la Dépense Publique (ODEP), l'Association Africaine de défense des Droits de l’Homme...