RDC : Des journalistes chez Rose Mutombo pour exiger la libération de Stanis Bujakera

Kinshasa, 20 septembre 2023 : Comme annoncé, les journalistes congolais ont déclenché des mouvements de la rue pour exiger la libération de leur confrère Stanis Bujakera Tshiamala, arrêté depuis le 8 septembre par des agents de l’Agence Nationale des Renseignements à l’aéroport international de Nd’jili, alors qu’il attendait son vol pour la ville de Lubumbashi. Actuellement, il se retrouve à la Prison Centrale de Makala, en attendant l’ouverture de son procès.

Le journaliste est accusé de désorienter l’opinion dans l’affaire de l’assassinat de l’ancien ministre Chérubin Okende, après la publication d’un article de presse dans Jeune Afrique, média français dont il est correspondant à partir de Kinshasa. N’étant pas auteur de cet article, Stanis Bujakera est pourtant incriminé et détenu en prison.

Après plusieurs appels lancés auprès du président de la République et des autorités du pays pour sa libération, des journalistes n’ont pas obtenu gain de cause jusqu’à ce jour. A cet effet, ils ont entamé des actions de terrain pour forcer la porte. Ce mercredi, plusieurs journalistes locaux et internationaux étaient devant le cabinet de la ministre d’Etat en charge de la Justice et garde des sceaux.

Sur place, ils ont réussi a déposer un mémorandum ; la ministre Rose Mutombo étant absente de son bureau, malgré la longue attente des professionnels des médias, soit de 9 heures du matin à 13 heures.

Ci-dessous, l’intégralité du mémorandum des journalistes réunis au sein du RAJEC :

Mémorandum à l’attention du Ministre de la justice et garde des sceaux

Le Rassemblement des journalistes pour l’émergence du Congo (RAJEC), à l’instar d’autres organisations de défense de la liberté de la presse et des droits humains, dénonce le martyre que vit le journaliste Stanis Bujakera Tshiamala depuis son arrestation.

Cueilli par les services de sécurité le 8 septembre aux alentours de 21h alors qu’il devait se rendre à Lubumbashi, le journaliste Stanis Bujakera Tshiamala a vu ses outils de travail (ordinateur et téléphones portables) confisqués, sans qu’il ne soit aucune fois invité par la justice. Il est étonnement poursuivi pour un article de Jeune Afrique dont il n’est pas l’auteur. Apres avoir été entendu 72heures par la commission d’enquête sur l’assassinat de Chérubin Okende, il sera malheureusement envoyé au parquet.

Des conditions carcérales exécrables au cachot du parquet de la Gombe, ce père de famille croupit aujourd’hui à la prison centrale de Makala et va passer ce jour sa 12ème nuit en détention. Contraint de dévoiler sa source, le journaliste a subi une énorme pression des magistrats et autres enquêteurs membres de la Commission Okende en violation de l’article 95 de la nouvelle loi sur la liberté de la presse qui stipule que “les professionnels des médias ont le droit d’accéder à toutes les sources d’informations publiques et celles privées d’intérêt public. Ils ne peuvent divulguer leur source d’informations”.

Contre toute attente, un autre grief, à défaut pour le magistrat instructeur de trouver les charges, pourrait lui être imputé. De plus en plus, on insinue le faux en écriture. Pour le RAJEC, ce sont des manœuvres tendant à aggraver le cas Bujakera et à criminaliser le travail des journalistes. 

Pire que tout, ceux qui ont confisqué ses deux téléphones portables et son ordinateur, ont tenté à plusieurs reprises de désactiver son compte X (ex-Twitter) démontrant ouvertement l’acharnement et le harcèlement dont il fait l’objet.

Pour nous RAJEC, cette affaire collée à cet infatigable chasseur d’informations est une parfaite illustration de la traque lancée contre les journalistes que nous sommes.

A haute voix, le RAJEC exige la libération immédiate et sans condition du journaliste Stanis Bujakera qui, au regard de la loi, n’a commis aucune faute professionnelle.

En outre, nous dénonçons les poursuites judiciaires dont les journalistes sont actuellement victimes dans notre pays, preuve d’une tentative autocratique de réduire au silence toutes les voix dissonantes et d’empêcher les journalistes indépendants d’exercer librement leur métier.

Depuis quelques semaines, le RAJEC a recensé plusieurs cas d’intimidations, d’agressions, de menaces de mort et même l’assassinat d’un journaliste :

A Goma, capitale du Nord-Kivu, le journaliste Papy Okito Teme, éditeur du journal Echo d’Opinions, croupit présentement au cachot de l’ANR (Agence nationale de renseignements) après son interpellation par les éléments de la Garde républicaine ;

Nous avons été alertés depuis la ville volcanique de Goma de l’assassinat crapuleux, en date du 17 septembre 2023, du reporter photographe Albert Kabuyaya Malemo, membre actif de l’Association des journalistes sportifs du Congo.

A Bukavu, chef-lieu de la province du Sud-Kivu, le journaliste Pascal Kamanzi risque plus de 5 ans de prison à la suite d’une plainte d’un politicien local.

A Kinshasa, l’affaire du journaliste Gauthier Sey, poursuivi par un musicien, prend une tournure inquiétante.

Ce tableau en dit long sur le climat délétère au pays à trois mois des élections alors que sans une presse libre, rien ne garantit un processus électoral transparent.

Ainsi, nous demandons aux autorités compétentes :

✓de laisser les professionnels des médias travailler librement et en toute sécurité ;

✓de prendre toutes les mesures nécessaires pour changer de cet état des choses ;
✓de libérer immédiatement et sans condition les journalistes Stanis Bujakera et Papy Okito ;
✓de respecter la procédure en cas de tout autre éventuel cas de conflit entre un journaliste et la Loi.  

Nos pensées vont également à tous ces vaillants chevaliers de la plume et du micro qui ont perdu la vie dans l’exercice de la noble mission d’informer.

Pour le comité du RAJEC

Edmond IZUBA

Porte-parole

Les plus vus

Exetat 2024: La publication des résultats débute le 24 juillet

Kinshasa, 20 juillet 2024 - C’est le mercredi 24 juillet prochain que va débuter la publication des résultats de...

RDC: Acacia Bandubola appelée à sévir contre la spoliation du patrimoine foncier de la SNCC

Kinshasa, 19 juillet 2024- La société nationale des chemins de fer du Congo (SNCC) fait face à la spoliation...

Education – Revue annuelle des performances : Le député André Kongolo s’engage à porter les recommandations de la sous-divison de Kasa-Vubu à l’Assemblée provinciale

Kinshasa, 19 juillet 2024 - Ouvertes jeudi 18 juillet, les assises de la Revue annuelle des performances (RAP) ont...

Kinshasa : Grogne des vendeuses des pagnes au beach Ngobila

Kinshasa, 19 juillet 2024- Les vendeuses des pagnes au beach Ngobila en colère à cause de la fermeture du...

RDC : Le gouvernement “a besoin de plus des recettes” pour financer la relance du PDL 145 territoires (CCE)

Kinshasa, 19 juillet 2024- Réunis autour de la Première ministre, jeudi 18 juillet, les membres du comité de conjoncture...