FPI : Le PMVS dénonce le remplacement “irrégulier” du DGA Widjolowu Martin faussement “déclaré mort”

Kinshasa, 24 janvier 2024 – Dans une dénonciation adressée au ministre de l’industrie, mercredi 24 janvier transmise également à différentes institutions dont la Présidence de la République, le Programme multisectoriel de vulgarisation et sensibilisation (PMVS) se dit surpris d’apprendre avec étonnement la révocation irrégulière du directeur général adjoint Widjolowu Martin au sein du Fonds pour la promotion de l’Industrie (FPI).

“Devant notre poste téléviseur, nous voyons une remise et reprise, grand était notre étonnement que cette révocation n’a jamais été lue à la chaîne nationale, de surcroît aucune publication au journal officiel. De coutume, toutes les ordonnances de ce genre ont toujours été lues à travers le porte-parole de la Présidence de la République”, lit-on dans ce document.

Il dénonce notamment la déclaration de mort portée sur la personne du DGA, alors que ce dernier est bel et bien vivant.

“Il est inadmissible qu’une personne qui s’est démarquée par sa volonté à travailler se retrouve aujourd’hui écartée de cette grande institution de l’Etat non pas, parce qu’il a commis une infraction ou par volonté du chef de l’Etat sur qui il a totalement sa confiance, mais parce qu’il a été déclaré mort”.

Par ailleurs, le PMVS indique que les auteurs de cette ordonnance irrégulière ont profité de son absence suite à la conjonctivite contractée le 18 janvier pour effectuer la remise et reprise intervenue le 19 janvier.

“En effet, l’intéressé s’est absenté le 18 Janvier car il avait contracté la conjonctivite, ce jour été une occasion pour lui d’être remplacé par une dame qui aurait des très bonnes relations avec un Secrétaire Général d’un très grand parti, membre de l’Union sacrée, ladite dame était toujours à côté dudit secrétaire général durant toute la campagne électorale”, écrit le PMVS.

Cette structure de la société civile trouve également irrégulière et illégale cet acte pris pendant que le Chef de l’État était en campagne électorale.

“Nous essayons de nous poser la question, comment une ordonnance Présidentielle pouvait être avalisée par le chef de l’Etat pendant qu’il était en compagnie électorale? Une ordonnance numéro 23/228 du 12 décembre 2028 est perçue par nous, comme irrégulière et illégale. De plus, votre autorité n’a jamais notifié cette décision à l’intéressé qui répond de vous entant qu’autorité de tutelle.

Pour ce faire, il invite la ministre du portefeuille à s’impliquer ardemment dans l’intérêt de préserver la sérénité et la stabilité des entreprises publiques du Portefeuille de bien vouloir agir selon ses compétences dans ce dossier afin de rendre justice sur cette affaire qui salit l’image de la présidence de la République.

Cédric BEYA

Les plus vus

DGCDI: Les agents réclament plus de 10 mois d’arriérés de salaire et avantages légaux

Goma, 27 février 2024- L'intersyndicale de la Direction générale des corridors de développement Industriel (DGCDI), un service technique du...

Ituri : Les enfants des femmes détenues à la prison Centrale de Bunia en difficulté alimentaire

Bunia, 27 février 2024 - Ils sont au total quinze (15) enfants dépendants de leurs mères toutes détenues à...

Sud-Kivu – Retrait de la Monusco : “La base de Kamanyola sera fermée le 28 février” (Bintou Keita)

Kinshasa, 27 février 2024 : La cheffe de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation du Congo (MONUSCO),...

Kasaï central : Vol des dossiers de contentieux des législatives provinciales à la Cour d’Appel de Kananga

Kinshasa, 27 février 2024 - Les dossiers relatifs aux contentieux électoraux des législatives provinciales sont portés disparus au bureau...

Assemblée provinciale de Kinshasa : Le personnel administratif réclame 16 mois d’arriérés de salaire

Kinshasa, 27 février 2024 : Les administratifs de l'Assemblée provinciale de Kinshasa réclament 16 mois de salaires. “16 mois au...