Ituri : 11 personnes tuées par des combattants ADF à Babila-Babombi

Kinshasa, 06 février 2024- Des combattants d’Allied Democratic Forces (ADF) sont de nouveau accusé d’être auteurs de la tuerie de 11 personnes dans une nouvelle attaque dans la chefferie de Babila-Babombi, en territoire de Mambasa dans la province de l’Ituri. Le fait s’est déroulé ce lundi 05 février 2024, dans les villages Banzunzuwa et Manziya du groupement Mambembe Bella et Bangole.

Cette information est livrée ce mardi dans la matinée à dépêche.cd, par Kistsa Maskini, président de la société civile de la chefferie des Babila-Babombi. L’acteur de la société civile regrette le fait que les alertes faites bien avant par la population depuis deux mois sur la présence des ADF dans cette partie n’ont jamais été prises en compte par des autorités militaires, jusqu’à la tuerie des civils.

Tout en déplorant cette attaque, celui-ci appelle l’armée à bien faire son travail de sécuriser les civils et leur bien dans cette partie en ce début d’année. L’acteur de la société civile indique que cette attaque a été à la base d’une psychose dans les villages environnants les entités attaquées. Pour ce faire, il appelle aussi la population de Makumbo, Bella et Makumo à la vigilance, de toujours dénoncer le mouvement suspect auprès des forces de défense et sécurité.

Plusieurs sources dans la zone, affirment que les corps des victimes ont été levés du lieu du drame et conduits à la morgue de l’hôpital général de Mangina, une commune se trouvant à 30 kilomètres de la ville de Beni dans la partie Ouest, à la frontière entre le Nord-Kivu et Ituri.

Cette information est confirmée sans trop des détails par le chef du groupement Mambembe-Bella, en territoire de Mambasa. Au téléphone de dépêche.cd, cette autorité s’est limitée à la confirmation des faits sans donner plus des commentaires, en promettant de revenir avec d’autres détails plus tard.

Disons que l’insécurité grandissante dont sont auteurs des ADF, dans le triangle Beni-Mambasa-Irumu, ne laisse pas indifférente les structures de la société civile dans cette région. Dans une déclaration commune faite depuis dimanche dernier, les noyaux de la société civile dans la région de Beni, ont décidé de décréter une journée sans activité le jeudi prochain pour pousser les autorités a bien faire leur travail de sécurisation des civils. Selon les forces vives, cette journée a été aussi instaurée dans l’objectif de compatir avec les familles des victimes des tueries des rebelles ADF, dans le secteur Beni-Mbau, les entités environnants Mangina et la cité d’Oïcha, depuis le mois de janvier.

En un mois dans ces entités, plus de 80 personnes ont été tuées sans compter des portés disparus et des dégâts matériels enregistrés. Ces dégâts humains et matériels ont été documentés au cours de 23 différentes attaques menées par des ADF depuis début janvier 2024 selon la société civile. Les autorités militaires n’ont pas souhaité commenter cette information.

Roger KAKULIRAHI

Les plus vus

RDC: Kinshasa abrite le quatrième atelier sur l’étude du potentiel agricole de la RDC

Kinshasa, 18 juin 2024- Le Ministre d'État, Ministre de l'Aménagement du Territoire, Maître Guy Loando a officiellement ouvert le...

RDC : Jacquemain Shabani échange avec les responsables de différents services de sécurité nationale

Kinshasa, 18 juin 2024 : Le Vice-Premier Ministre, ministre de l'Intérieur, de la Sécurité, de la Décentralisation et des...

RDC – Dossier émoluments des députés : Martin Fayulu exige la suppression des deux rubriques cachées sous le poste “Fonds spécial d’intervention”

Kinshasa, 18 juin 2024 : Après la mise au point de Vital Kamerhe, président de l'Assemblée nationale, sur les...

RDC : La MOE CENCO-ECC appelle à l’organisation des états généraux des élections

Kinshasa, 18 juin 2024- Dans son rapport sur le cycle électoral 2019-2023 publié lundi 18 juin, la mission d'observation...

RDC : “Le cumul des candidatures a instauré des oligarchies familiales dans la gestion des affaires publiques” (CENCO-ECC)

Kinshasa, 18 juin 2024- Toujours dans son rapport sur le processus électoral 2018-2023, la Mission d'observation électorale CENCO-ECC a...