RDC: La CENCO considère le recours à la peine de mort comme la reprise d’une “mesure inhumaine qui blesse la dignité personnelle”

Kinshasa, 22 mars 2024- Les évêques catholiques de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) s’opposent à la levée du moratoire sur la peine de mort appliquée depuis 20 ans en RDC.

A travers un appel sur l’abolition de la peine de mort, rendu public vendredi 24 mars, ces princes de l’église considèrent le recours à cette peine comme une mesure inhumaine qui blesse la dignité personnelle.

“Avec la levée du moratoire sur l’exécution de la peine de mort, notre pays fait un retour en arrière en matière de défense de la vie, alors qu’il s’est engagé par des Accords internationaux pour l’abolition de la peine de mort. Le moratoire devait naturellement aboutir à l’abolition et non à la reprise d’une mesure inhumaine qui blesse la dignité personnelle”, font-ils remarquer.

Tout en reconnaissant que la République fait face à plusieurs defis en termes du respect et de la dignité de la vie humaine, la CENCO fait savoir que le rétablissement de cette peine vient davantage renforcer la banalisation de la vie humaine.

“Depuis plusieurs années, la Justice de notre pays est gangrenée par la corruption, le trafic d’influence, les erreurs judiciaires, les règlements de comptes… Par ailleurs, nous assistons aux exactions et exécutions extrajudiciaires commises par des milices et des groupes armés ou des gangs des délinquants (Kuluna) sur des paisibles citoyens. Aussi, voyons-nous des actes meurtriers décidés de façon arbitraire par la justice populaire. Ces attitudes dénotent le manque de respect de la vie humaine. La culture de la mort fait son chemin dans le chef de la population congolaise. Dans ce contexte, le rétablissement de la peine de mort vient renforcer la banalisation de la vie humaine”, écrivent les évêques de la CENCO.

Ainsi, ils ont formulé plusieurs recommandations aux décideurs afin de parvenir à l’abolition de cette peine pour tous les crimes.

“La répression de tout crime, certes nécessaire, plutôt que viser la suppression de ses auteurs, doit avoir pour objectif de rééduquer la personne ; Mettre en place des systèmes de détention plus efficaces et améliorer les conditions carcérales des détenus ; Former une Police de proximité pour endiguer le phénomène des enfants de la rue et des gangs des hors la loi dits Kuluna”, ont-ils recommandé.

La décision de la levée du moratoire sur la peine de mort a été prise par le gouvernement le 13 mars. A travers cette mesure, l’Etat veut entre autres débarrasser l’armée des traîtres et d’endiguer la recrudescence d’actes de terrorisme et de banditisme urbain.

Cédric BEYA

Les plus vus

Under and Over 7 – le joyau de la section 1xGames

Qu'est-ce qui distingue un bon jeu de nos jours ? La simplicité des règles ? Les références à d'autres...

Procès Nangaa : 25 prévenus dont 5 à la barre et les autres en fuite (Liste)

Kinshasa, 24 juillet 2024- Mise en place terminée à la prison militaire de Ndolo où s'ouvre ce mercredi 24...

Sud-Kivu : 3 bandits présumés auteurs du meurtre d’un jeune garçon sur l’avenue ISGA aux arrêts 

Bukavu le 24 juillet 2024- Le ministre de l'intérieur et securité du Sud-kivu, Albert Kahasha Murhula a appréhendé trois...

Procès Nangaa et ses complices : “Il s’agit d’une procédure par défaut pour certains et contradiction pour d’autres (Ministre de la justice)

Kinshasa, 24 juillet 2024- La Cour militaire de Kinshasa/Gombe ouvre ce mercredi 24 juillet, le procès qui oppose l'auditeur...

Kinshasa: Ultimatum de la police aux propriétaires des véhicules abandonnés sur différentes artères de la ville 

Kinshasa, 23 juillet 2024- Sept jours ont été accordé aux proprietaires des voitures, en panne ou épave, abandonnés et...