RDC-Arrestation d’Emmanuel Kamanzi Runigi à Goma: Un sénateur américain convié à plaider pour sa relaxation

Kinshasa, 25 mars 2024- A travers une correspondance adressée à Bil Hagerty, sénateur américain, Benjamin Runigi Ndayisaba, devenu citoyen américain depuis 2014 et membre de la communauté congolaise, convie cette autorité à plaider pour libération de son frère Emmanuel Kamanzi Runigi. Il a été interpellé le 19 mars à Goma et transféré après 3 jours au service de la détection militaire des activités anti-patrie, (Demiap), à Kinshasa. Une copie de ce document a été transmise ce lundi 25 mars à l’ambassade des USA, à Kinshasa.

Il présente son frère comme un homme d’affaires et leader de la communauté Tutsi de Goma. D’après son récit, son frère a été “injustement arrêté” après sa rencontre avec le gouverneur militaire du Nord-Kivu. A lui d’ajouter qu’auprès de cette autorité provinciale, il était allé s’opposer aux arrestations “arbitraires” dont sont victimes les membres de cette communauté.

“Les seuls motifs de l’arrestation de mon frère ne sont, comme beaucoup, d’autres congolais cibles par les services secrets (ANR, Police, Demiap) qu’en raison de son appartenance ethnique tutsi étiquetés à tort comme infiltré ou traîtres…. Son arrestation met en danger la vie de nombreux membres de la communauté Tutsi qui sont à la merci de ces actes de terreur en leur endroit. Mes inquiétudes sont aggravées par la récente levée du moratoire sur la peine de mort par le gouvernement de la RDC, qui pourrait s’appliquer à mon grand frère et à plusieurs centaines d’innocents victimes de discours de haine, de calomnie et de de vengeance”, lit-on dans cette correspondance.

Il craint que ce dernier soit une victime de plus de ce qu’il qualifie d’une “justice malade sans respect des lois”. Ce, notamment en faisant allusion aux récents propos du Chef de l’Etat qui a décrié le fonctionnement de l’appareil judiciaire.

Pour lui, le plaidoyer de cette autorité américaine pourrait notamment aboutir à la réexamination de son dossier, soit sa libération ou soit d’être déféré devant son juge naturel tout “en lui garantissant un procès équitable sur base des faits avérés et non sur des allégations infondées et surtout lui donner droit à une assistance légale”.

Outre le sénateur l’ambassade américaine à Kinshasa, cette correspondance a été également transmise au conseil d’état américain et au collectif des avocats tutsi, Hema et Banyamulenge.

Les plus vus

RDC: Kinshasa abrite le quatrième atelier sur l’étude du potentiel agricole de la RDC

Kinshasa, 18 juin 2024- Le Ministre d'État, Ministre de l'Aménagement du Territoire, Maître Guy Loando a officiellement ouvert le...

RDC : Jacquemain Shabani échange avec les responsables de différents services de sécurité nationale

Kinshasa, 18 juin 2024 : Le Vice-Premier Ministre, ministre de l'Intérieur, de la Sécurité, de la Décentralisation et des...

RDC – Dossier émoluments des députés : Martin Fayulu exige la suppression des deux rubriques cachées sous le poste “Fonds spécial d’intervention”

Kinshasa, 18 juin 2024 : Après la mise au point de Vital Kamerhe, président de l'Assemblée nationale, sur les...

RDC : La MOE CENCO-ECC appelle à l’organisation des états généraux des élections

Kinshasa, 18 juin 2024- Dans son rapport sur le cycle électoral 2019-2023 publié lundi 18 juin, la mission d'observation...

RDC : “Le cumul des candidatures a instauré des oligarchies familiales dans la gestion des affaires publiques” (CENCO-ECC)

Kinshasa, 18 juin 2024- Toujours dans son rapport sur le processus électoral 2018-2023, la Mission d'observation électorale CENCO-ECC a...