ONIP: Le DG a.i accusé d’avoir mis la souveraineté du pays en danger: Ludovic Kalengayi exige sa suspension pour “incompétence” 

Kinshasa, 16 avril 2024- “Le fait de laisser les données de la population entre les mains des étrangers met en danger la souveraineté du pays car cela peut favoriser la fraude à l’identité”, a déclaré Ludovic Kalengayi, au cours d’une conférence de presse tenue ce mardi 16 avril, à Kinshasa.

Pour cette faute et plusieurs autres, le coordonnateur du Programme Multisectoriel de Vulgarisation et Sensibilisation (PMVS) annonce saisir le Vice Premier ministre, ministre de l’intérieur pour obtenir la suspension à titre conservatoire du DG ad intérim Stanislas Kenza de l’Office national d’identification de la population ONIP pour “incompétence”.

En outre, il dénonce la magouille entretenue dans sa gestion au sujet de la production de la carte d’Identité et la constitution du fichier général de la population. Pour lui, vu que cet enjeu représente plusieurs centaines de millions le confier à l’Hôtel des Monnaies fairait perdre des rétro commissions importantes.

“Le DG a.i avait besoin d’un complice pour œuvrer calmement et s’est installé en potentat absolu, seul maître à bord pas de réunions du Comité de Gestion, mise à l’écart de pratiquement 98% du staff à commencer par Mademe le DGA, aucune communication au sein de l’entreprise et une clique de personnes laudatrices autour de lui. Des articles le traitant de génie dans la gestion fleurissent dans la presse. Mais son génie se révélera plus tard dans un autre domaine, l’incompétence”.

Pour le coordinateur du PMVS, le DG a.i n’a pas seulement sapé l’autorité du Chef de l’État mais il veut lui faire vivre les erreurs du passé et lui faire porter le chapeau de la mauvaise gestion de son entité.

Malgré l’instruction de la Présidence de la République de ne pas procéder aux recrutements nominations, promotions et mouvements du personnel à tous les niveaux, le DG intérimaire n’a seulement pas supprimé certains staffs de la liste de la paie mais il a recruté, procédé à des promotions. La promotion la plus spectaculaire reste celle qui serait sa concubine qui a élevée au grade de sous-directeur et Directeur de Cabinet. Celle-ci a décision sur tout et même sur qui doit effectuer les missions de service”, s’offusque-t-il.

En poursuivant sa liste d’incriminations, il a révélé que dans “l’affaire du contrat ONIP/AFRITECH/IDEMIA, il a été de gré-à-gré. Il n’y a jamais eu d’appel d’offres et que plusieurs milliards de dollars ont été partagé entre copains”.

“D’abord, il faut noter que c’est un contrat qui a été passé sans appel d’offre. Le document de l’ONIP qui parle d’un appel où IDEMIA et VERIDOS ont été retenus est un mensonge. Il s’agit donc d’un contrat de gré à gré. Plus d’un milliard de dollars américains dont 600 millions de trésor public. Le partenaire n’apporte que 500 millions. Tous les partenaires qui se sont présentés à l’ONIP venaient avec une offre technique et financière. Ils emmenaient de l’argent et leur technologie. Dans ce cas, le partenaire bénéficie des moyens du trésor public pour faire le travail”, a-t-il dénoncé.

Et d’ajouter : “du côté de l’ONIP, il n’y a pas eu des personnes aux compétences professionnelles requises pour discuter des questions techniques. Par exemple, le DG intérimaire a désigné un diplômé des lettres, sans expérience ce qui a causé le courroux du Directeur des Opérations et informatique de l’ONIP qui dans une lettre à l’intérimaire, dénonce la qualité des experts désignés à l’ONIP dans le gouffre et le refus de mettre le contrat à la disposition des techniciens. Pire, Ce contrat a été signé sans Plan opérationnel de l’ONIP alors que c’est celui-ci qui va déterminer le montant nécessaire pour les opérations. Aujourd’hui, l’ONIP est en train de travailler sur la Fiche d’Identification. Mais on n’a déjà remis la carte d’identité à certaines personnalités. Cela voudrait-il dire que l’on va faire revenir ces personnalités pour venir compléter les données nécessaires”, s’est-il questionné.

D’après lui, à ce jour, personne à l’ONIP, ne peut dire où se trouvent ces données. C’est laissé entre les mains du partenaire.

“Ainsi, nous allons saisir le chef de L’État en mettant en copie le ministre de tutelle avec tous les éléments de preuve afin d’exiger la suspension du DG Al en intérim.”

Entre-temps, il annonce également une série d’actions dont des sit-in, marchés pour obtenir gain de cause.

Marie-Thérèse KABUYA

Les plus vus

RDC-Gouvernement Suminwa : Constant Mutamba nommé ministre d’Etat de la justice 

Kinshasa, 29 mai 2024- Le Président de la République Félix Tshisekedi vient de faire confiance, pour son deuxième quinquennat,...

Gouvernement Suminwa : Voici les nommés (Liste)

Kinshasa, 29 mai 2024- Le Gouvernement est enfin là, deux mois après la nomination de la Première Ministre, Judith...

CNSSAP – Gestion ressources humaines : Plus de peur que de mal, après vérification de conformité, l’IGF a bel et bien validé la paie...

Le système de contrôle interne des ressources humaines de la CNSSAP est bien satisfaisant. L'IGF a, après contrôle de...

Sud-Kivu : Un camion renversé fait des morts en majorité des écoliers à Kabare

Bukavu, 28 mai 2024- Un accident de circulation a fait des morts et des blessés graves la mi-journée de...

Transport : la RVF expérimente un bateau de balisage construit au Maniema

Bukavu, 28 mai 2024 - Avec la permission du ministère de transport en Republique Democratique du Congo, la Régie...