Nord-Kivu : Après Kishishe, Bambo, les rebelles du M23 massacrent 11 civils à Bukombo

Goma, 17 juillet 2023- L’on en sait un peu plus sur les activités du M23 dans les territoires de Masisi et Rutshuru, dans la province du Nord-Kivu, à l’Est de la République Démocratique du Congo (RDC). Ces rebelles soutenus par la force de défense du Rwanda (RDF) se sont attaqués aux paisibles citoyens des groupements Bukombo et Tongo.

Selon plusieurs sources, ces rebelles ont attaqué des populations civiles après leur échec contre les groupes d’autodéfense dits “Wazalendu” dans la zone. Le 15 juillet 2023, les terroristes du M23 ont enlevé plusieurs civils dans le groupement Bukombo en chefferie de Bwito.

Un jour après, leurs corps ont été retrouvés sur la colline de Rubona. Notre source précise que les victimes avaient été enlevées sous prétexte de transporter des bagages et colis des hommes de Kigali.

La société civile forces vives de Bukombo qui parle d’un acte terroriste fait savoir que parmi les victimes figurent les habitants de Kashavu où les rebelles ont d’ailleurs brûlés des maisons et autres biens. La matinée de dimanche, 11 corps ont été retrouvés sur la colline de Rubona après le retrait des rebelles du M23.

Le M23, pour exterminer la population de Rutshuru et Masisi

En novembre 2022, les rebelles du M23 avaient été vaincus par les groupes d’autodéfense alors qu’ils voulaient s’emparer de Kishishe, dans la chefferie de Bwito, en territoire de Rutshuru. Après cette défaite, les hommes de Kagame se sont déchaînés contre la population, exécutant sommairement de nombreuses personnes, aussi bien par balles qu’avec des armes blanches.

En plus du meurtre, les M23 se sont livrés à toutes sortes d’exactions dont les viols, pillages et enlèvements. Lors de la tuerie, des enfants auraient été tués près d’une église et un hôpital. Après les massacres, les rebelles du M23 avaient enterré les corps dans une fosse commune pour dissimuler les preuves.

Dans un livre blanc, le Gouvernement congolais avait précisé que plus de 250 civils avaient été massacrés dans les localités de Kishishe et Bambo. Ces chiffres avaient été confirmés également par les Experts de l’organisation des Nations-Unies (ONU) après une enquête menée sur terrain.

Le Gouvernement congolais a déjà introduit une plainte contre le mouvement rebelle à la Cour Pénale internationale (CPI), pour crimes de guerre, crimes contre l’humanité.

Magloire TSONGO

Les plus vus

Nord-Kivu : La PNC Beni promet de faire respecter la mesure interdisant la circulation des véhicules à vitres teintées

Beni, 22 février 2024- Le Gouverneur militaire du Nord-Kivu a décidé d'interdire pour des raisons sécuritaires de ses administrés,...

RDC-Sécurité: Peter Kazadi désireux d’une Police Nationale formée et respectueuse des droits de l’homme

Kinshasa 22 février 2024- Le Vice Premier Ministre de l'Intérieur, Sécurité et Affaires Coutumières Peter Kazadi a procédé au...

Kinshasa : Champlin Ikulu recommande une exploitation positive de la jeunesse pour le développement du pays

Kinshasa, 22 février 2024- Natif de la commune de N'selé, située dans la partie Est de la ville de...

Kinshasa: L’interdiction aux motos de circuler au centre ville a occasionné la hausse du prix du transport en commun à Gombe

Kinshasa, le 21 Février 2024: Le transport en commun est devenu un casse-tête pour les habitants de la commune...

Kinshasa : L’odeur nauséabonde dégagée par une décharge publique à Delvaux ne fait pas bon ménage avec la population

Kinshasa, le 21 fevrier 2024 - La mauvaise odeur que dégage la décharge publique à Delvaux, dans la commune...