RDC : “La musique chantée par les musiciens congolais actuellement n’aide pas le pays à s’épanouir” (Jean-Goubald)

Kinshasa, 20 février 2022- L’artiste musicien, Jean-Goubald Kalala, a, en marge de la conférence tenue samedi sur “Education en RDC : enjeux, défis et perspectives”, donné son point de vue sur l’apport de la musique congolaise actuelle dans l’éducation de la société.

Pour cet artiste amoureux de la musique édifiante surtout éducative, la musique chantée par les musiciens congolais actuellement n’aide pas le pays à s’épanouir. Cet artiste a en outre affirmé que les textes chantés ne permettent pas à la société de mûrir.

“Pour l’homme, la musique est un langage sonore universel qui sert surtout à exprimer les sentiments et même temps une science. Pour cela elle doit être accueillie avec le coeur et comprise avec l’intelligence. Dans ce chemin d’apprentissage, il n’y a pas de raccourcis. La musique doit jouer un rôle éducatif qui est celui de parvenir une personne à sa maturité, à sa pleine harmonie en équilibre convenable de toutes ses capacités, à la maîtrise de ses passions et non à leur élimination”, a-t-il indiqué.

Dans ce même sens, il a indiqué que le message véhiculé à travers la musique est censé susciter la discipline et bien d’autres valeurs humaines.

“Le message musical doit donc s’adresser d’une manière rationnelle à notre sensibilité pour susciter en nous la discipline, le goût du beau, du vrai et du bon”, a déclaré Jean Goubald, avant d’avouer en avoir marre de faire partie du groupe des musiciens qui abrutissent le monde et à qui on remet les médailles de mérite.

Se rappelant de son enfance scolaire, l’artiste se plaint de la déformation de la réalité ainsi que de la mystification de l’occident par les artistes congolais.

Parlant de la déformation de la réalité, Jean-Goubald Kalala a fait référence au célèbre solo-vocal de l’artiste musicien Ferré, chantant Washington comme grand pays. Une observation très pertinente quand on sait que Washington n’est pas un pays.

Ainsi, il a affirmé qu’il n’y a pas l’art, là où l’homme s’abandonne à l’étalage de ses émotions. L’artiste, a-t-il indiqué, offre une nouvelle interprétation de la nature comme de la vie humaine.

Abordant la question de retrouvailles pour des éventuels échanges devant aboutir à la réforme de la musique pour une meilleure éducation de la société, l’artiste s’est montré pessimiste quant à la faisabilité d’une telle initiative, pourtant nécessaire pour le pays.

Il a expliqué sa posture sur cette démarche en évoquant l’orgueil dont souffrent la plupart des musiciens comme frein à une quelconque idée de la réforme.

Manassé DIBWA

Les plus vus

Beni : Deux rebelles ADF neutralisés à Kinyambahore

Beni, 13 août 2022- Les forces armées de la République Démocratique du Congo engagées dans les opérations de traque...

Sud-Kivu-Journée internationale de la jeunesse: l’apport de la jeunesse remis en question 

Bukavu, 13 août 2022- C'est à Bagira l'une de trois communes de la ville de Bukavu que des jeunes...

Nord-Kivu : Petit à petit, disparaît le système de convoi sécurisé des véhicules sur la route Beni-Kasindi,  s’indignent les commerçants

Beni, 13 août 2022- Le système de convoi sécurisé des véhicules sur la route Beni-Kasindi, au Nord-Kivu, disparaît petit...

Urgent : Kabund passe de détention provisoire à Makala à résidence surveillée

Kinshasa, 12 août 2022- L'ancien président a.i de l'UDPS, Jean Marc Kabund vient d'être assigné à résidence surveillée ce...

Butembo-Une manifestation des jeunes vire au drame: 5 morts et 3 jeeps brûlées (Bilan provisoire)

Beni, 12 août 2022- Une manifestation de colère contre l'évasion de plus de 800 prisonniers de la Prison centrale...