Élections 2023: “L’opération portes ouvertes de la CENI n’est pas un élément qui va accroître la fiabilité ou la crédibilité du fichier électoral” (Franck Diongo)

Kinshasa, 26 avril 2023- Franck Diongo ne croit pas à la transparence et l’inclusion prônée par la CENI à travers l’opération portes ouvertes qu’elle organise à l’intention des parties prenantes au processus électoral dans cadre de l’audit interne du fichier électoral.

Pour cet opposant au régime de Félix Tshisekedi, cette opération ne va pas accroître la fiabilité moins encore la crédibilité à ce fichier électoral parce que souligne-t-il, “qu’il y a beaucoup d’éléments qui restent encore pour que les congolais fassent confiance à la CENI dans cette phase d’enrôlement”. De même, il regrette que plusieurs doléances et plaintes sont restées sans réponses.

“Vous avez tous suivi qu’il y avait l’enrôlement parallèle, les bureaux d’enrôlement qu’on a découvert dans les maisons des privées. On a vu des députés qui avaient des cartes d’enrôlement et les machines, les kits électoraux, lorsqu’il y a eu des accidents. A ces jours, il n’y a aucune réponse dans toutes ces questions. On découvre des bureaux qui ont été retenu par la CENI mais qui ne sont pas sur terrain, on a découvert également des bureaux qui n’ont pas été retenu pas la CENI mais qui sont opérationnels”, a-t-il déclaré

Et d’ajouter : “le mode de décaissement, personne ne sait aujourd’hui, le gouvernement a donné au total combien d’argent à la CENI, il en reste combien, quel est le coût des élections ? Personne ne connait à ces jours. Nous connaissons en seulement que chaque système coûterait 300 à 500 millions, mais le système ici ça coûte combien ? Personne ne sait. Le financement des élections pose un problème par rapport à la transparence des informations. L’ensemble de ce facteur nous donne quelle compréhension ?”, s’est interrogé Franck Diongo.

Pour ce faire, il préconise un audit par une structure indépendante et neutre pour garantir la bonne tenue des élections voulues par l’ensemble des parties prenantes libre, transparente et apaisées.

“Il faudra qu’on ait une structure indépendante et neutre pour la vérification, l’identification et l’authentification du fichier électoral pour qu’il soit accepté. Donc l’opération portes ouvertes de la CENI n’est pas un élément qui va accroître la fiabilité ou la crédibilité du fichier électoral”, a-t-il insisté.

Toutefois, Franck Diongo estime que la balle reste dans le camp du Chef de l’État afin de décrypter la tension qui reste toujours montée au risque d’être le seul responsable du chaos qui pourrait arriver. Ce, en tenant compte des conditions, dit-il, réunies pour organiser pour une fraude massive en faveur du camp au pouvoir.

“Vu tous ces éléments par rapport au processus électoral, en ma qualité de combattant de la liberté, de la démocratie et des droits de l’homme, je demande au président de la République de prendre toute initiative de nature à apaiser le climat tendue dans les élections. Sinon, on organisera les élections chaotiques et il sera le seul responsable de ce qui pourra arriver. Les conditions d’organiser les élections apaisées ne sont pas réunies, les conditions sont réunies pour des élections chaotiques parce que le décor tel que planté ne permettra pas que les résultats soient acceptées parce qu’on voit une fraude massive organisée”.

Il sied de noter que la CENI a lancé du 25 au 4 mai, des journées portes ouvertes au sein de son siège dans le cadre de la transparence et inclusion liée à la finalisation de la consolidation et du traitement des données collectées lors des opérations de l’actualisation du fichier électoral, notamment par la détection des doublons au niveau national et l’audit interne du fichier électoral.

Les médias, les missions d’observation électorale, les organisations de la société civile, les partis politiques, les confessions religieuses, les organismes du système des Nations unies, les ambassadeurs et les organisations non gouvernementales internationales, les membres du gouvernement, du Conseil supérieur de la magistrature, du Sénat, et de l’Assemblée nationale sont conviés à ces assises.

Cédric BEYA

Les plus vus

RDC : “Nous espérons que l’appui du Rwanda au M23 cesse immédiatement” (Ambassadeur d’Espagne chez Bemba)

Kinshasa, 06 juin 2023- Le Vice-premier ministre, ministre de la Défense nationale, Jean-Pierre Bemba Gombo a échangé, ce mardi,...

Affaire Fortunat Biselele : La CNDH interpellée pour mettre fin à “l’instrumentalisation” en vue de garantir au prévenu ses droits

Kinshasa, 06 juin 2023- À travers une correspondance datée du 6 juin adressée à la Commission Nationale des Droits...

RDC : Liberté provisoire rejetée pour Édouard Mwangachuchu

Kinshasa, 06 juin 2023- La Haute cour militaire vient de rejeter pour une énième fois, la demande de liberté...

Élections 2023: une cellule d’accréditation des observateurs internationaux voit le jour

Kinshasa, 06 juin 2023- Le Vice-premier ministre des Affaires étrangères, Christophe Lutundula Apala, a créé, par arrêté ministériel signé...

Paix à l’Est de la RDC : Jean-Pierre Lacroix chez Modeste Bahati

Kinshasa, 06 juin 2023- Le président du Sénat, Modeste Bahati a échangé, lundi 5 juin, avec une délégation conduite...