Diplomatie-Tournant décisif de Kinshasa à Bujumbura : La criminalité du régime de Kagame dénudée au grand jour

Kinshasa, 4 mai 2023- Alors que les délégations des pays signataires de l’accord cadre d’Addis-Abeba posaient leurs bagages pour prendre part au XIeme Sommet de Bujumbura, le régime de Paul Kagame, par contre, est entré en danse du mauvais côté de l’histoire comme à l’accoutumée avec son armée régulière et ses supplétifs du M23. Ils ont procédé à un massacre sans merci de 145 civils, dans la nuit du 3 au 4 mai, au village Kizimba, situé près de Kitchanga dans le territoire de Masisi non loin de la zone de Kishishe, dans le Nord Kivu.

Le ministre d’Etat congolais en charge de l’Intégration régionale, Antipas Mbusa Nyamwisi, visiblement marqué par cette nième triste nouvelle, a, cependant déploré et dénoncé, d’un ton rocailleux, loin de céder à la terreur, cette tragédie.

Dans son allocution, d’entre de jeu, Mbusa Nyamwisi a sollicité une minute de silence en mémoire de victimes du terrorisme rwandais camouflé dans le M23.

Naturellement, la RDC va exiger des enquêtes sérieuses pour que les auteurs dont intellectuels de la Shoah de Kizimba répondent de leurs actes devant la justice.

Les travaux préparatoires du XI ème Sommet des chefs d’État et de gouvernement signataires de l’Accord-cadre d’Addis-Abeba, ont démarré, ce jeudi 4 mai 2023, par la Réunion des ministres des Affaires étrangères. La cérémonie d’ouverture a été marquée par cinq allocutions : CIRGL, SADC, UA, ONU, puis la RDC qui assure la présidence sortant du Mécanisme régional de suivi de l’Accord-cadre d’Addis-Abeba. Tous les speeches ont, en substances, accordé une note peu flatteuse à la mise en œuvre de l’Accord-cadre d’Addis-Abeba, dix ans après.

Le ministre d’État en charge de l’Intégration régionale, Antipas Mbusa Nyamwisi a, après avoir crié haro sur le massacre de Kitchanga, rappelé à l’assistance, la vision et la finalité des chefs d’État ayant motivé l’élaboration de l’Accord-cadre d’Addis-Abeba : paix, sécurité, stabilité et coopération entre la RDC et la région de Grands-lacs en vue d’un développement harmonieux.

Mbusa Nyamwisi a aussi remémoré autant à ses collègues ministres qu’à leurs experts, que l’Accord-cadre d’Addis-Abeba dispose des clauses sacro-saintes, intangibles, imposables à tous,
notamment la non-ingérence dans les affaires intérieurs des États voisins, ne pas tolérer, ni fournir une assistance ou un soutien quelconque à des groupes armés, respecter la souveraineté et l’intégrité territoriale des États voisins, respecter les préoccupations et intérêts légitimes de États voisins en particulier au sujet des questions de sécurité et renforcer la coopération régionale et une intégration économique profitable à tous.

Hélas, la bonne foi de la RDC à créér un climat de vivre ensemble ne lui a jamais été rendue. Félix Tshisekedi a tendu l’accolade, Kagame a répondu par l’estocade. Mbusa Nyamwisi l’a démontré dans son discours.

Et, au nom du Président de la République, le ministre d’État rdcongolais a appelé à une évaluation sans complaisance, franche et sincère de l’Accord-cadre d’Addis-Abeba. A lui de se demander, à haute voix, comment devra- t-on comprendre que ce soit exactement le moment où la RDC assure la présidence tournante de l’Accord cadre qu’elle soit injustement agressée par un État membre bien identifié, violant l’engagement régional avec un motif fallacieux et révisionnisme du principe de l’intangibilité des frontières hérités de la colonisation principe fondateur de l’Union africaine.

Dans l’assistance, des officiels rwandais accusent le coup. Le ministre rdcongolais poursuit son catilinaire.

Malgré la recrudescence de l’insécurité provoqué par le M23 soutenu ouvertement par le Rwanda, tel qu’établi par les limiers de l’ONU dans un rapport transmis au Conseil de sécurité à New-York, la RDC n’a nullement d’ambitions bellicistes et tient à maintenir un climat de convivialité avec les pays d’origine de ces groupes armés qui tuent, violent et pillent dans l’est de la RDC. Le pays de Tshisekedi veut ainsi trouver une solution définitive à la crise.

Parmi ces groupes, il y a les FDLR du Rwanda, les Red Tabara pour le Burundi, le tristement célèbre ADF pour l’Ouganda. La partie rdcongolaise convie les gouvernements des États précités à ouvrir un cadre de dialogue avec ces forces négatives à travers le processus de démobilisation et de désarmement et réinsertion sociale régional. La RDC s’engage à collaborer et à assister aux activités du Groupe de coordination et de contact (GCC).

Prenant la parole, le ministre des Affaires étrangères du Burundi, au nom du Président Évariste Ndayishimiye, Président en exercice de la Communauté d’Afrique de l’est, a vivement félicité la RDC pour les grandes réalisations durant le mandat de Félix Tshisekedi.

Et il désapprouve cette coïncidence curieuse, que le 10 ème anniversaire de l’Accord-cadre d’Addis-Abeba coïncide avec la résurgence regrettable du M23 avec un coût humain et matériel tragique qui annihile l’espoir des lendemain meilleurs des populations.

Les plus vus

Under and Over 7 – le joyau de la section 1xGames

Qu'est-ce qui distingue un bon jeu de nos jours ? La simplicité des règles ? Les références à d'autres...

Procès Nangaa : 25 prévenus dont 5 à la barre et les autres en fuite (Liste)

Kinshasa, 24 juillet 2024- Mise en place terminée à la prison militaire de Ndolo où s'ouvre ce mercredi 24...

Sud-Kivu : 3 bandits présumés auteurs du meurtre d’un jeune garçon sur l’avenue ISGA aux arrêts 

Bukavu le 24 juillet 2024- Le ministre de l'intérieur et securité du Sud-kivu, Albert Kahasha Murhula a appréhendé trois...

Procès Nangaa et ses complices : “Il s’agit d’une procédure par défaut pour certains et contradiction pour d’autres (Ministre de la justice)

Kinshasa, 24 juillet 2024- La Cour militaire de Kinshasa/Gombe ouvre ce mercredi 24 juillet, le procès qui oppose l'auditeur...

Kinshasa: Ultimatum de la police aux propriétaires des véhicules abandonnés sur différentes artères de la ville 

Kinshasa, 23 juillet 2024- Sept jours ont été accordé aux proprietaires des voitures, en panne ou épave, abandonnés et...