Goma : La première journée ville-morte respectée par la population

Goma, 26 septembre 2022- Malgré la décision du maire de la ville de Goma, les habitants de la chef-lieu du Nord-Kivu ont respecté ce lundi, le mot d’ordre de la société civile forces vives du Nord-Kivu.

Dans plusieurs coins de la ville, les activités socio-économiques ont été paralysées depuis le matin jusque l’après-midi. Dans la partie Nord, tout comme au centre-ville, boutiques, magasins et maisons pharmaceutiques n’ont pas ouvert leurs portes tout l’avant-midi.

Malgré un dispositif important de la Police nationale congolaise (PNC) dans les coins les plus chauds, les manifestants ont barricadé la chaussée. Aucune circulation des engins roulants n’a été remarquée dans plusieurs artères de la ville.

En outre, les écoles et universités n’ont pas fonctionné comme d’habitudes. Les quelques élèves qui voulaient se rendre à l’école ont été obligés de rebrousser chemin. Se confiant à dépêche.cd , Me Jimmy Nzialy, leader du mouvement citoyen « Génération Positive  » rappelle aux autorités provinciales la nécessité de récupérer la cité frontalière de Bunagana, occupée depuis trois mois par les rebelles du M23.

Tout en félicitant la population civile, ce militant pro-democratie appelle une fois de plus à une mobilisation pour la journée de mardi 27 septembre 2022 pour exiger le départ de la Monusco.

“[…] Du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest, la population de Goma a séché ses activités pour faire passer un message clair aux dirigeants. C’est à ce sens que la société civile du Nord-Kivu et les mouvements citoyens tiennent à remercier la population de Goma pour son sens élevé de patriotisme manifesté aujourd’hui en observant une journée ville morte. Cependant, nous rappelons à la population que demain mardi 27 septembre, c’est sera aussi une autre journée ville-morte sur toute l’étendue de la ville. Un appel patriotique et démocratique est lancé encore une fois à toute la population à respecter le mot d’ordre. Les écoles, les marchés, boutiques, magasins, ateliers de coutures, bistrots, garages sont demandés de rester toujours fermés pour dire aux autorités que nous ne voulons pas de la Monusco, de l’état de siège et que nous voulons la libération de Bunagana”, a-t-il laissé entendre.

Une controverse entre les organisateurs et les autorités ?

Le Gouverneur militaire du Nord-Kivu, le lieutenant-General Ndima Kongba Constant a pour sa part appelé ses administrés à vaquer librement à leurs occupations. Pour lui, la population ne doit pas compter sur des appels de la société civile et des mouvements citoyens. A l’issue d’une ronde effectuée ce lundi dans plusieurs services publics de l’Etat, l’autorité provinciale a fait savoir que ces journées villes-mortes constituent un manque à gagner pour la RDC et une façon de donner la force à l’ennemi.

Magloire TSONGO

Les plus vus

RDC-Gouvernement : MLC et alliés garantissent à Judith Tukula leur soutien à l’Assemblée nationale

Kinshasa, 15 avril 2024- Avec à sa tête, Jean Pierre Bemba, le regroupement politique MLC et alliés a exprimé,...

RDC-Gouvernement : “Judith Suminwa veut avoir des personnes avec des idées novatrices qui permettront de passer des discours aux actions concrètes” (Julien Paluku)

Kinshasa, 15 avril 2024- Le regroupement politique Bloc 50 que chapeaute Julien Paluku s'est dit impressionné par la maîtrise...

Guerre du M23 : “Nous n’allons pas abandonner” (Christian Tshiwewe)

Goma, 15 Avril 2024- Alors que les rebelles du M23 soutenus par les Forces de défense du Rwanda (RDF)...

Guerre du M23 : “Nous n’allons pas abandonner” (Christian Tshiwewe)

Goma, 15 Avril 2024: Alors que les rebelles du M23 soutenus par les Forces de défense du Rwanda (RDF)...

RDC : “La taille du gouvernement sera réduite” (Bahati après échange avec Judith Suminwa)

Kinshasa, 15 avril 2024- L'autorité morale du regroupement AFDC-A Modeste Bahati est d'accord avec la Première Ministre Judith Tukula...